Les grands acteurs mondiaux de la santé se réunissent à Montréal

  • Forum
  • Le 8 mars 2017

  • UdeMNouvelles
Le World Health Summit se déroulera au Palais des congrès de Montréal les 8 et 9 mai.

Le World Health Summit se déroulera au Palais des congrès de Montréal les 8 et 9 mai.

En 5 secondes

L’Université de Montréal et l’Institut de recherches cliniques de Montréal organisent la 1ère Rencontre régionale du World Health Summit (WHS) en Amérique du Nord.

De la santé des migrants au virus Zika en passant par les soins à fournir aux populations autochtones, des questions d’ordre planétaire sur la santé seront débattues lors de la Rencontre régionale du World Health Summit (WHS), qui se déroulera au Palais des congrès de Montréal les 8 et 9 mai. Organisée par l’Université de Montréal et l’Institut de recherches cliniques de Montréal, cette rencontre interdisciplinaire attirera près de 800 chercheurs en santé, médecins et autres professionnels de la santé, représentants de l’industrie, décideurs et acteurs de la société civile.

«C’est vraiment un tour du monde des grands enjeux de santé qu’on propose en deux jours, affirme Hélène Boisjoly, doyenne de la Faculté de médecine de l’UdeM. Même si des enjeux sont plus présents dans certaines régions du monde que d’autres, ils nous concernent tous. Parce que le monde change, notamment avec des problématiques comme le réchauffement de la planète. Puis, surtout, parce que nous sommes tous des humains. C’est très important que nous nous demandions ensemble comment les innovations technologiques et les connaissances peuvent nous aider à relever les grands défis en santé.»

Hélène Boisjoly

Crédit : Faculté de médecine

Ainsi, deux fois l’an, l’élite mondiale de la santé se réunit au WHS pour discuter des principaux enjeux mondiaux en matière de soins et de santé. L’Amérique du Nord accueille pour la première fois ce sommet tenu depuis 2009 par M8 Alliance, un réseau d’établissements de recherche et d’enseignement reconnus pour leur leadership en santé mondiale.

Les hôtes québécois ont choisi un thème directement lié aux réalités du pays: la santé et la prestation des soins dans les sociétés pluralistes.

«Au Canada, les peuples autochtones cohabitent avec les autres habitants du pays issus de l’immigration et avec les gens de partout dans le monde que nous continuons d’accueillir, explique la Dre Boisjoly. Le Canada est vraiment une société pluraliste.»

Autochtones et migrants

Parmi les conférenciers d’honneur à ce sommet figurent Jane Philpott, ministre fédérale de la Santé, et Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec. Montréal accueillera également Noel Hayman, directeur des soins cliniques du Service de soins aux autochtones d’Inala, en Australie. Lui-même autochtone, il présentera l’approche qu’il a élaborée pour cette population en milieu urbain.

Plusieurs interventions au WHS seront d’ailleurs orientées vers ces communautés. «C’était notre intention dès le départ parce que les populations autochtones sont vulnérables et vivent de graves problèmes de santé et d’accès aux services sociaux», indique Hélène Boisjoly.

Les migrants seront eux aussi au cœur de plusieurs discussions, dont une animée par Joanne Liu, première Québécoise à présider Médecins sans frontières et conférencière d’honneur du sommet.

De plus, on pourra entendre une communication de Cécile Rousseau, professeure au Département de psychiatrie de l’Université McGill et pédopsychiatre auprès des enfants immigrants et réfugiés de quartiers pluriethniques de Montréal.

Traitements, déterminants de la santé et formation

Venant de 11 pays, les conférenciers aborderont la question des nouvelles frontières dans les traitements médicaux en examinant entre autres la médecine de précision et la résistance aux antibiotiques. Les déterminants environnementaux, sociaux et culturels de la santé seront en outre à l’ordre du jour, avec le thème de la transformation des grandes villes.

Puis, les experts du WHS discuteront de la formation médicale pour prodiguer des soins optimaux. Au programme: la relation entre le médecin et le patient qui devient de plus en plus un partenaire. C’est un élément central pour la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, qui présentera d’ailleurs comme conférencier Vincent Dumez, du Centre d’excellence sur le partenariat avec les patients et le public.

Les étudiants ont pour leur part organisé une activité sur le rôle des rencontres comme le WHS dans la formation en médecine.

Vers l’action

Avec des participants d’horizons divers et 200 places réservées aux étudiants, le contenu des présentations sera vulgarisé et accessible pour susciter la réflexion et favoriser l’interdisciplinarité.

«Avec cet arrimage entre les chercheurs, les gens qui conçoivent les politiques publiques et les élus, nous souhaitons que des relations se créent pour que les discussions sur les grands enjeux de santé mondiale puissent continuer toute l’année et, ultimement, influencer les actions à entreprendre», affirme Geneviève Bouchard, directrice du cabinet d’Hélène Boisjoly.

«Les problématiques en santé sont complexes et on a besoin de l’apport de plusieurs professions et de gens de différents milieux pour réellement améliorer la qualité de vie des gens», conclut la doyenne.

Les places réservées aux étudiants se sont déjà envolées, mais les inscriptions se poursuivent.

Martine Letarte
Collaboration spéciale