Nouveau financement pour améliorer les compétences des jeunes au sein de la Francophonie

Université Saint-Joseph à Beyrouth (Liban)

Université Saint-Joseph à Beyrouth (Liban)

Crédit : Greg Demarque

En 5 secondes

Ottawa annonce un soutien de près de 4 M$ à un projet de coopération de l’Université de Montréal avec des universités libanaises et marocaines.

Dans le cadre du programme Compétences pour l’emploi au sein de la Francophonie, Affaires mondiales Canada a annoncé l’attribution, à l’Université de Montréal, d’une subvention de près de 4 M$ sur quatre ans pour mettre en place un projet de coopération avec des universités libanaises et marocaines. Le but est de collaborer avec ces établissements pour permettre aux étudiants d'acquérir les compétences recherchées sur le marché du travail.

Ce projet découle de la volonté de l’Université de participer au renforcement institutionnel d’universités de pays en développement, surtout d’universités francophones.

L’UdeM collaborera avec quatre universités du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord avec lesquelles elle a déjà noué des partenariats fructueux: les universités marocaines Mohammed V, à Rabat, et Cadi Ayyad, à Marrakech, ainsi que les universités libanaises Saint-Joseph et de Balamand.

Un contexte particulier

Le projet, dirigé par le Vice-rectorat aux affaires internationales et à la Francophonie de l’UdeM et géré conjointement par l’Unité de santé internationale, s’inscrit dans un contexte socioéconomique particulier. Le chômage des jeunes dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord est en effet parmi les plus élevés du monde et il est plus marqué encore pour les femmes. De plus, l’employabilité des jeunes diplômés est fortement influencée par les compétences acquises dans les établissements d’enseignement supérieur et leur adéquation avec les exigences du marché du travail, notamment dans le secteur privé en informatique, droit, pharmacie, aménagement et sciences infirmières, domaines auxquels s’intéressera ce projet.

Trois grands objectifs

Le projet ciblera trois grands objectifs afin d’appuyer les universités partenaires:

  • consolider la gestion organisationnelle de ces établissements tout en partageant de bonnes pratiques en la matière;
  • offrir des programmes de formation au personnel à partir d’initiatives pédagogiques innovantes, en considérant la question de l'égalité entre les hommes et les femmes;
  • établir une collaboration durable entre les universités visées et le secteur privé en vue de renforcer les services de soutien et d’intégration des jeunes dans le marché du travail. Une attention sera accordée aux entreprises dirigées par les femmes.

Selon le vice-recteur aux affaires internationales et à la Francophonie, Guy Lefebvre, «ce projet se situe dans le prolongement de la mission de l’Université de Montréal, qui affiche sa solidarité avec les universités des pays en développement en les aidant à améliorer leur gouvernance et les perspectives d’emploi pour les jeunes diplômés et, plus particulièrement, pour les femmes».