La campagne «Sans oui, c'est non!» lauréate du prix Coup de coeur Thérèse-Casgrain

Pascale Poudrette et Annie-Claude Vanier, de la campagne «Sans oui, c’est non!», ont reçu le prix Coup de cœur du public des mains de Philippe Couillard, premier ministre du Québec, et de Lise Thériault, vice-première ministre.

Pascale Poudrette et Annie-Claude Vanier, de la campagne «Sans oui, c’est non!», ont reçu le prix Coup de cœur du public des mains de Philippe Couillard, premier ministre du Québec, et de Lise Thériault, vice-première ministre.

Crédit : François Nadeau

En 5 secondes

La campagne «Sans oui, c’est non !», pilotée par Pascale Poudrette de l’UdeM, remporte le prix Coup de cœur du public du concours 2017 pour les prix Égalité Thérèse-Casgrain.

La campagne «Sans oui, c’est non!», pilotée par Pascale Poudrette, directrice du Bureau d’intervention en matière de harcèlement de l’Université de Montréal, a remporté le prix Coup de cœur du public dans le cadre du concours 2017 pour les prix Égalité Thérèse-Casgrain. Décernés chaque année par le gouvernement du Québec, ces prix récompensent des projets réalisés par des organismes publics, parapublics, privés ou communautaires qui favorisent l’égalité entre les femmes et les hommes au pays.

À cette occasion, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a remis ce prix à Mme Poudrette au cours d’une cérémonie organisée le 4 avril à l’hôtel du Parlement. Responsable de l'application de la politique en matière de harcèlement psychologique en milieu de travail, Pascale Poudrette est à l'origine de différentes formations à l'intention des étudiants et de l'ensemble du personnel de l'UdeM sur la civilité et le respect, l'intimidation et le harcèlement et la prévention de la violence à caractère sexuel.

«Les organismes lauréats de ces prix démontrent l'engagement de la population québécoise à promouvoir une société encore plus égalitaire, à combattre les stéréotypes et les préjugés. C'est une valeur sur laquelle nous ne ferons jamais de compromis», a déclaré le premier ministre.  

Une campagne pour sensibiliser à l'importance du consentement sexuel

La campagne «Sans oui, c'est non!» a pour objectifs de sensibiliser les communautés universitaire et collégiale à l'importance du consentement sexuel et aux signes qui y sont associés, d'outiller les personnes afin qu'elles réagissent adéquatement lorsqu'elles sont témoins de violence sexuelle et de publiciser les ressources pour les victimes de violence sexuelle. La campagne mobilise 17 établissements universitaires, 21 associations étudiantes universitaires, 22 établissements collégiaux ainsi que 20 associations étudiantes collégiales. «Sans oui, c'est non!» vise un changement de culture pour passer d'une culture du viol à une culture du respect.