Lutte contre le VIH: «On n’est pas sortis du bois»

Hugo Soudeyns

Hugo Soudeyns

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Entretien avec Hugo Soudeyns, professeur à la Faculté de médecine, immunologiste au CHU Sainte-Justine et coprésident du 26e Congrès annuel de l'Association canadienne de recherche sur le VIH.

Près de 37 millions de personnes dans le monde sont infectées par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), qui cause le sida, et l'Université de Montréal est à l'avant-garde de la recherche médicale sur la maladie. L'Association canadienne de recherche sur le VIH a tenu sa 26e conférence annuelle à Montréal du 6 au 9 avril, accueillant 800 participants qui ont présenté 525 nouveaux documents de recherche, un nombre record.

À qui s’adresse cette conférence?

C'est une conférence qui réunit vraiment l’élite de la recherche sur le VIH au Canada.

Quels enjeux sont abordés?

Il y en a plusieurs, et ça reflète ce que les médias rapportent sur le VIH dans le monde. On entend aujourd’hui parler de traitements plus efficaces et plus faciles à suivre, d’une maladie considérée comme chronique, de la transmission mère-enfant qui peut être prévenue. On parle de guérison et de vaccin.

Mais ce n'est pas toute l'histoire?

Non, dans les faits, il y a encore beaucoup de problèmes: on n'arrive pas à prévenir toutes les infections, on a atteint un plateau pour ce qui est du nombre de nouveaux cas sur la planète. L'épidémie continue chez les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, et les femmes sont de plus en plus nombreuses à être infectées. Au Canada, les populations autochtones sont représentées de façon disproportionnée.

N'y a-t-il pas eu des succès?

Certes, dans les médias, on parle toujours de succès, mais il n'y a pas encore de vaccin, il n'y a pas encore de guérison. Il reste des défis importants à relever: la résistance aux médicaments ou antirétroviraux, les problèmes liés à la transition entre le suivi des enfants infectés et le suivi à l’âge adulte. Il ne faut pas avoir l'impression que le travail est terminé. On n’est pas sortis du bois!

Y a-t-il d'autres sujets clés?

Il y en a qui sont très actuels, oui. Citons par exemple les problèmes associés au vieillissement et au fait d’avancer en âge avec la maladie, la prévention chez les populations africaines et afro-caribéennes au Canada, les questions liées à la consommation de tabac et de marijuana thérapeutique, l'avenir incertain de la recherche pour mettre au point un vaccin. Tous ces sujets sont abordés en détail durant cette conférence.

Qu'en est-il du financement de la recherche?

Un des problèmes actuellement à l’échelle mondiale est le financement soutenu, pas seulement pour la recherche, mais aussi pour la distribution des médicaments, l'amélioration des soins et ainsi de suite, en Afrique subsaharienne et en ex-URSS, notamment. Cela va continuer d'être un défi considérable.

Quelle est la place de l’UdeM dans la recherche sur la maladie?

La Faculté de médecine de l'Université de Montréal est un gros joueur dans la recherche sur le VIH au Canada. Des chercheurs très reconnus travaillent ici: Andrés Finzi, Nicolas Chomont, Petronela Ancuta, Michel Roger, Cécile Tremblay, Daniel Kaufmann. Ils poursuivent tous des travaux majeurs. Montréal est vraiment une plaque tournante; la recherche effectuée ici est une recherche de pointe. Il y a de quoi être fier; Montréal, ce n'est pas seulement l'intelligence artificielle. En ce qui concerne la recherche sur le VIH, nous sommes numéro un au Canada.

À propos du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine

Le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine est un établissement phare en recherche mère-enfant affilié à l'Université de Montréal. Axé sur la découverte de moyens de prévention innovants, de traitements moins intrusifs et plus rapides et d'avenues prometteuses de médecine personnalisée, il réunit plus de 200 chercheurs, dont plus de 90 cliniciens, ainsi que 360 étudiants de cycles supérieurs et postdoctorants. Le centre est partie intégrante du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, le plus grand centre mère-enfant au Canada et le deuxième centre pédiatrique en importance en Amérique du Nord. 

Ressources pour les médias