Un cours sur les infections d’origine animale est donné en ligne

  • Forum
  • Le 25 avril 2017

  • Dominique Nancy
Le risque de zoonose est de nos jours plus grand en raison de l’urbanisation croissante, de la mondialisation et du réchauffement climatique.

Le risque de zoonose est de nos jours plus grand en raison de l’urbanisation croissante, de la mondialisation et du réchauffement climatique.

Crédit : Thinkstock

En 5 secondes

Le professeur André Ravel a collaboré à un projet international de création d’un cours en ligne basé sur l’approche One-Health: homme-animal-environnement.

Virus Ebola, syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), virus du Nil occidental, maladie de Lyme, sida, grippe aviaire, rage, salmonellose et tuberculose zoonotique sont toutes des maladies humaines d’origine animale, appelées «zoonoses». Par exemple, le virus Ebola est transmis par la chauve-souris, la pneumonie MERS par le chameau et le sida trouve son origine chez le chimpanzé et le mangabey.

De nos jours, bien connaître ces zoonoses véhiculées par les mammifères (la majorité) est indispensable, selon le professeur André Ravel, de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal. «De tout temps, les agents pathogènes ont traversé à l’occasion les barrières des espèces biologiques. Si certaines zoonoses sont connues depuis longtemps, d’autres sont plus récentes et nous continuons d’en découvrir de nouvelles à un rythme qui s’accélère de plus en plus, dit-il. Ce phénomène s’amplifie en raison de l’urbanisation croissante, de la mondialisation et du réchauffement climatique.» Ce sont là quelques défis de la santé mondiale: les infections émergentes qui mettent en relation l’homme, l’animal et l’écosystème.

André Ravel a collaboré à un projet international de création d’un cours en ligne ouvert à tous (ou MOOC en anglais, pour massive open online course) basé sur l’approche One-Health: homme-animal-environnement. Ce cours accessible depuis la fin mars s’adresse aux professionnels et futurs professionnels en santé, développement durable, environnement et biologie. «On y présente entre autres les nouveaux concepts dans les domaines de l'épidémiologie, de l'anthropologie sociale, de l'écologie des maladies, des sciences vétérinaires, de la politique mondiale de la santé, de l’écosanté et de la santé planétaire, fait valoir le professeur. L’accent est mis sur les outils et les cadres novateurs utilisés pour étudier et aborder certains des défis de la santé mondiale à l'ère du développement durable.»

Programme dynamique

Ce cours en ligne propose un programme international et interdisciplinaire faisant appel à plus de 30 experts de 20 établissements universitaires et de recherche ainsi que d’organisations reconnues de partout dans le monde, notamment Genève, Paris et Montréal. Des décideurs de l'Organisation mondiale de la santé, des cliniciens et chercheurs universitaires de Genève et de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, de même que des épidémiologistes de l'Institut Pasteur y partagent leurs connaissances et leurs expériences.

La formation offerte gratuitement en anglais avec sous-titres en français comporte cinq modules que l’étudiant ou le professionnel peuvent suivre à leur rythme. Elle vise à offrir une expérience interactive et engageante. Les présentations de contenus ont été filmées dans différentes parties du monde et quantité d’exemples tirés de la pratique des spécialistes sont combinés avec des activités interactives, dont un forum de discussion. Ce cours continuera d’évoluer et de s’enrichir au fil du temps et une section complète sur la promotion de la santé relativement aux interactions entre l’homme, l’animal et l’écosystème sera ajoutée à l'automne 2017.

Ce cours en ligne est le fruit du travail du Dr Rafael Ruiz de Castañeda, de la Dre Isabelle Bolon et des professeurs Antoine Flahault (de l'Institut de santé mondiale de l'Université de Genève), Arnaud Fontanet (de l’Institut Pasteur) et André Ravel (de la Faculté de médecine vétérinaire de l’UdeM).