Amélioration de la santé mondiale en 12 actions prioritaires

Hélène Boisjoly, doyenne de la Faculté de médecine de l’UdeM et présidente du World Health Summit 2017

Hélène Boisjoly, doyenne de la Faculté de médecine de l’UdeM et présidente du World Health Summit 2017

En 5 secondes

La rencontre régionale du World Health Summit a permis de cibler 12 actions prioritaires visant à améliorer la santé et les soins dans le monde.

Les organisateurs de la rencontre régionale du World Health Summit (WHS) ont lancé un vibrant appel aux 700 participants de la conférence à la cérémonie de clôture du 9 mai. Cette déclaration de la M8 Alliance se décline en 12 actions prioritaires visant à améliorer la santé et les soins dans le monde.

«Nous devons nous préparer à faire face à de nombreux défis en santé et c’est dans cette optique que la rencontre régionale du WHS propose des solutions. Le message est clair, l’interdisciplinarité est le mot d’ordre et les professionnels de la santé, les pouvoirs publics, les groupes communautaires et la société civile doivent travailler main dans la main pour offrir à nos concitoyens un monde où ils peuvent s’épanouir en santé», a déclaré Hélène Boisjoly, doyenne de la Faculté de médecine de l’UdeM et présidente du WHS 2017.

Les priorités établies se répartissent dans chacun des quatre grands sous-thèmes de la conférence:

Nouvelles frontières en traitement médical

Nous vivons un processus de mondialisation continu qui génère des sociétés de plus en plus hétérogènes. Il faut tenir compte de cette nouvelle réalité en misant sur des approches équitables pour:

  • S’assurer que les nouveaux traitements et diagnostics de pointe sont accessibles aux populations des pays développés, en transition et en développement;
  • Introduire de nouvelles technologies, dont la médecine de précision, le génie du génome humain et des applications de cellules souches, en tenant compte des enjeux éthiques;
  • Adapter des traitements médicaux innovateurs au vieillissement de la population et à l’augmentation de patients atteints de maladies neurodégénératives;
  • Préparer le système de la santé à mieux faire face aux infections virales et aux bactéries résistantes aux antibiotiques.

Santé et prestation de soins à différentes populations

Dans les sociétés pluralistes, il est essentiel d’accepter et de promouvoir le leadership de même que l’implication des communautés concernées quand vient le temps d’établir les priorités et les modes de prestation de services de santé et de services sociaux qui leur sont destinés. À cette fin, nous préconisons:

  • D'offrir à toute la population des soins sécuritaires et de qualité, et ce, en temps opportun;
  • Respecter l’autonomie, la culture et le savoir autochtone, notamment sur le plan de la gouvernance;
  • D'accueillir et soigner les migrants et les personnes touchées par des crises et changements climatiques, avec une attention particulière aux femmes et enfants;
  • D'offrir un milieu sécuritaire et sain aux travailleurs, notamment ceux qui évoluent en situations extrêmes.

Déterminants environnementaux, sociaux et culturels de la santé

La santé des individus et des populations est déterminée par les milieux dans lesquels les gens travaillent, étudient, socialisent, se divertissent et se font soigner. La prise en compte des déterminants de la santé pour protéger et promouvoir la santé et l’équité implique inéluctablement:

  • De développer un corpus de connaissances scientifiques qui permet de comprendre comment les milieux de vie créent les conditions propices à la promotion de la santé et à la prévention des maladies;
  • D'adopter une pratique fondée sur les données probantes pour transformer équitablement les milieux de vie en impliquant les professionnels de la santé, les intervenants travaillant à l’extérieur du secteur de la santé, les représentants de l’industrie, les groupes communautaires et la société civile;
  • D'évaluer l’impact des interventions mises en œuvre et diffuser largement les résultats de ces évaluations afin de permettre une amélioration continue des systèmes et des actions qui façonnent les milieux de vie.

La formation médicale pour des soins optimaux

Les curriculums de formation des médecins et autres professionnels de la santé de même que leurs activités extra curriculum doivent préparer ceux-ci à jouer leur rôle de citoyens et d’acteurs du changement pour promouvoir un monde plus stable, plus juste et plus équitable. Pour cela, il faut:

  • Adapter la formation des professionnels de la santé aux réalités de la mondialisation avec ses risques et ses chances tout en maintenant l’expertise technique et humaine.

 

Rappelons que la rencontre régionale du WHS a réuni pour une première fois en Amérique du Nord près de 700 participants et 80 conférenciers issus de divers horizons liés à la santé. Parmi les conférenciers, notons la présence de Jane Philpott, ministre de la Santé du Canada, de Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, et de Joanne Liu, présidente internationale de Médecins sans frontières.

La rencontre régionale du WHS était un important rendez-vous de la M8 Alliance, un réseau collaboratif de 24 universités et centres de recherche répartis dans 24 pays.

Visionner la déclaration finale de la M8 Alliance

  • Crédit : Lino Cipresso
  • Crédit : Lino Cipresso
  • Crédit : Lino Cipresso

Relations avec les médias