Création du fonds de bourses d’excellence Mariella-Pandolfi

Tania Saba, doyenne par intérim de la Faculté des arts et des sciences, et Mariella Pandolfi, professeure d’anthropologie, à la remise de la première bourse Mariella-Pandolfi.

Tania Saba, doyenne par intérim de la Faculté des arts et des sciences, et Mariella Pandolfi, professeure d’anthropologie, à la remise de la première bourse Mariella-Pandolfi.

Crédit : Patrick Nadeau

En 5 secondes

De nouvelles bourses d’excellence pour les étudiants en anthropologie.

Professeure d’anthropologie depuis 25 ans, Mariella Pandolfi crée un fonds de bourses d’excellence pour témoigner son attachement et sa reconnaissance à l’Université de Montréal, à la Faculté des arts et des sciences et au Département d’anthropologie.

Ce fonds prévoit:

  • Cinq bourses de doctorat de 8000 $, qui porteront le nom de «bourses Mariella-Pandolfi». Le boursier aura comme objet d’études l’anthropologie politique et du politique couvrant les domaines des études des sociétés européennes avec une attention particulière portée aux thématiques de la violence, de la crise (organisations, milieu financier, fondations), de la sécurité, de l’urgence, de la fragilité, de la radicalisation, des missions humanitaires, des manifestations artistiques et de la musique.

  • Une bourse de postdoctorat de 10 000 $, qui portera le nom de «bourse Famille-Pandolfi». Le boursier aura comme objet d’études le seul thème «musique et politique» et plus précisément l’opéra et la musique classique.

La sélection des boursiers se fera parmi les étudiants en anthropologie de l’Université de Montréal en alternance avec ceux d’une université européenne.

  • Pour l’étudiant de l’Université de Montréal, la bourse représente une occasion d’aller séjourner au moins un trimestre en Europe, soit pour un travail de recherche, soit pour une expérience dans un centre de recherche ou une université européenne.

  • Pour l’étudiant qui vit en Europe, la bourse est une occasion de passer au moins un trimestre au Département d’anthropologie de l’Université de Montréal, en s’intégrant à toutes les activités aussi bien d’enseignement que de recherche.

Mariella Pandolfi considère qu'«il était important de faire un geste qui pourrait contribuer à soutenir la recherche en anthropologie en misant sur les échanges entre l’Université de Montréal et des universités européennes, ainsi qu’encourager les études sur la musique, deux champs d'activité qui ont toujours guidé mon parcours depuis le début de ma carrière».

La première bourse Mariella-Pandolfi vient tout juste d’être décernée. Son lauréat est Montassir Sakhi, étudiant de deuxième année au doctorat à l’Université Paris 8, qui a comme thème de recherche «Être et faire en État islamique: pourquoi et comment des combattants français et marocains s’engagent à Daech?»