Prix du recteur 2017– Catégorie Initiative

En 5 secondes

Jean-François Dufresne remporte le Prix du recteur dans la catégorie Initiative. Charles Boily est désigné Coup de cœur.

L’Université de Montréal remettait le 24 mai ses Prix du recteur dans cinq catégories. Portraits des employés qui se sont distingués dans la catégorie Initiative.

Lauréat

Jean-François Dufresne, conseiller aux Services aux étudiants

Jean-François Dufresne
En lecture:

Jean-François Dufresne

Coup de cœur

Charles Boily

Technicien à l’atelier de bois de la Faculté de l’aménagement

Vous avez contribué à faire évoluer les méthodes de travail dans votre atelier et vous siégez à une table de concertation sur les bonnes pratiques en transformation du bois. Qu’est-ce qui vous motive à insuffler un vent de changement dans votre travail?

Il y a toujours plusieurs façons de s'adapter, au travail comme ailleurs, au changement. Une meilleure manière de ne pas en subir les effets, c'est d'y prendre part dans un esprit d'ouverture et en faisant siens les objectifs qui le sous-tendent. Dans le cas de la nécessaire mise aux normes des ateliers, j'ai choisi de saisir l’occasion qui m'était offerte et de devenir une partie intégrante de la solution. C'était d'autant plus facile que, de ce fait, je me trouvais à contribuer à l’amélioration de notre milieu de vie.

Pour ce qui est de ma participation [depuis près de six ans] au Comité de standardisation des pratiques sécuritaires des machines-outils du bois [CSPS MOB] et de mon rôle de président du Comité [deux ans], l'idée de contribuer à élaboration d'outils pédagogiques permettant la valorisation, dans les écoles, de la santé et de la sécurité m'est apparue comme éminemment inspirante. Cet heureux mélange de la réflexion et de la concertation, essentiel à l'avancement dans tous les secteurs, me semblait être non seulement utile, mais pertinent dans mon parcours professionnel et personnel.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vouloir entreprendre un DESS en santé et sécurité à l’École de relations industrielles? À quoi vous servira ce diplôme quand vous l’aurez obtenu?

Mon inscription au DESS en santé et sécurité est le prolongement naturel de cette démarche entreprise dès mon arrivée à l'Université, il y a plus de 15 ans. Elle est le reflet d'un intérêt réel et marqué pour tout ce qui relève de l'amélioration du milieu de travail, de la réflexion autour des risques qui lui sont inhérents mais pas imparables. Elle permet d'assouvir une envie insatiable d'apprendre et d'envisager des problématiques qui dépassent les limites de mon travail, mais qui l'alimentent inévitablement. Il est difficile de déterminer avec une grande précision où tout cela me mènera, mais j'ai la certitude que les compétences acquises pourront être mises à profit et valorisées.

Vous avez conçu une garde de protection autour d’une mortaiseuse fonctionnant sur trois axes, qui permet d’éviter les blessures tout en effectuant un travail minutieux. D’où vient ce talent créatif qui, de surcroît, a été reconnu par la CNESST*?

La créativité est la principale qualité mise en valeur par le travail des techniciens à la Faculté de l'aménagement. Tous les jours, nous devons répondre à des demandes nombreuses et simultanées, qui mettent au défi nos compétences et notre esprit créatif. Chaque jour, nous envisageons des problématiques et élaborons des façons de faire dans l'espoir d'arriver le plus rapidement possible au résultat le plus satisfaisant, et nous adaptons certains procédés pour les rendre accessibles, efficaces et sécuritaires pour la clientèle souvent néophyte qui fréquente nos ateliers.

Bien sûr, cette créativité se manifeste aussi à l'extérieur du travail, mais c'est au travail qu'elle trouve le plus beau lieu d'expression. Comme la créativité des étudiants est sans borne, celle des techniciens est le passage obligé qui permet de passer de l'idée au résultat par le truchement de méthodes de fabrication qui doivent soustraire de l'équation le risque de blessure.

* Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail.

Propos recueillis par Martin LaSalle