Les soins de fin de vie: un forum attendu

En 5 secondes

Le RUIS organise un forum sur les soins de fin de vie auquel participeront des professionnels qui se pencheront sur les aspects éthiques, juridiques et pratiques entourant cette question.

C’est sur le thème des soins de fin de vie que le forum du Réseau universitaire intégré en santé (RUIS) aura lieu le jeudi 8 juin prochain au pavillon 3200, rue Jean-Brillant de l’Université de Montréal. Depuis les dernières années, le sujet de l’aide médicale à mourir est sous les projecteurs. Alors que la loi fédérale est entrée en vigueur, il ne se passe pas une semaine sans que le sujet soit abordé dans les médias.

Mais les soins de fin de vie vont au-delà de l’aide médicale à mourir et incluent des points de vue clinique, psychologique, social, éthique et juridique. Cette journée sera l’occasion pour les professionnels et les chercheurs de réfléchir sur le sujet et d’établir un dialogue autour des différentes visions de l’accompagnement d’une personne en fin de vie et de ses proches.

Un avant-goût des conférences: regards croisés sur la fin de vie

Panel d’experts
8 h 30, salle Jean-Lesage (local B-2285)

Table ronde réunissant des sommités dans leur domaine, animée par Marie-France Bazzo. Les experts tenteront de répondre à la question thème du forum: «La personne en fin de vie: qu’en est-il de ses choix, qu’en est-il de nos responsabilités?» Regards croisés de Vincent Dumez, codirecteur de la Direction collaboration et partenariat patient de la Faculté de médecine de l’UdeM, du Dr Serge Daneault, professeur à l’UdeM et médecin en soins palliatifs au CHUM, de Me Michelle Giroux, avocate et professeure à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa, et d’Hubert Doucet, professeur et chercheur en médecine et en théologie. 

La nature et les enjeux du partenariat entre patients et professionnels
10 h 15, salle B-0325

Animée par le Dr Antoine Boivin, professeur adjoint à la Faculté de médecine de l’UdeM et médecin chercheur au Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal, et Ghislaine Rouly, elle-même patiente partenaire, la conférence se penchera sur la transformation des rapports entre les patients et les professionnels. Cet atelier permettra le partage d'une expérience concrète d’accompagnement de patients ayant demandé l’aide médicale à mourir. Le Dr Boivin dévoilera un rapport synthèse sur une grande consultation qui a eu lieu auprès du public, des professionnels de la santé et de patients. Des pistes d’action concrètes pour répondre aux préoccupations du public et du personnel soignant font partie intégrante du rapport.

Aspects juridiques, pratiques et cliniques de l’aide médicale à mourir
10 h 15, salle B-2245

Me Marie-Annik Grégoire, professeure à la Faculté de droit de l’UdeM, et le Dr Alain Naud, médecin au CHU de Québec-Université Laval, mettront en contexte le droit à la vie et les limites de la loi actuelle. L’aptitude à consentir jusqu’à la dernière seconde, l’opposition de la famille, le délai de la mise en œuvre sont autant de conditions qui contreviennent à l’intérêt ultime des patients. Les aspects pratiques, cliniques et juridiques de l’aide médicale à mourir seront donc abordés par Me Grégoire et le Dr Naud pour qui «il n’existe qu’une seule fin de vie acceptable pour un malade apte et bien informé: celle qu’il choisira en toute liberté».

L'accompagnement du patient
10 h 15, salle B-0305

Johanne De Montigny
, psychologue et auteure, et Martin Winckler, médecin, romancier, essayiste et traducteur, amèneront les participants à réfléchir sur le rôle de l’accompagnant, la culture du mourir et les interrelations professionnelles complexes qui se créent face à un tel potentiel de divergence des valeurs.

Comment mourir aujourd’hui: les trajectoires de fin de vie
10 h 15, salle B-2325

Certaines personnes meurent dans leur sommeil ou dans un accident d’auto, ou encore après de longues années de déclin cognitif, alors que d’autres vivront pendant des années avec un cancer et ses récidives. La présentation de Marie-Ève Bouthillier, chef de l’Unité d’éthique clinique au CISSS de Laval et professeure adjointe à la Faculté de médecine de l’UdeM, et Alain Legault, infirmier et professeur agrégé à la Faculté des sciences infirmières de l’UdeM, démontreront que les soins palliatifs ont (presque) toujours leur place au moment de la mort d’une personne, et ce, quelle que soit la trajectoire de fin de vie empruntée par cette dernière.

En après-midi, des ateliers thématiques couvriront des thèmes essentiels
Les soins palliatifs dans différents milieux, la bonne mort, les pratiques collaboratives, la diversité des valeurs religieuses et culturelles, le soutien aux équipes entourant les soins de fin de vie.

En clôture, la conférence du Dr Eduardo Bruera
15 h 45, salle Jean-Lesage (local B-2285)

Véritable précurseur et sommité mondiale des soins palliatifs en Amérique, le Dr Bruera fait partie des premiers médecins à s’être intéressé au soulagement de la douleur chez le patient. Non seulement il a tracé la voie dans ce domaine, mais il a mis de l’avant l’importance d’une approche humaniste et d’un travail multidisciplinaire. L’UdeM lui décernera d’ailleurs cet après-midi-là un doctorat honoris causa.

Relations avec les médias