Isabelle Marchand, diplômée de l'UdeM

Isabelle Marchand, docteure en service social

Isabelle Marchand, docteure en service social

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

À l'occasion de la Collation des doctorats de 3e cycle de 2017, rencontre avec une nouvelle docteure en service social.

Quel sujet avez-vous approfondi dans vos études doctorales?

J’ai étudié l’analyse des politiques du vieillissement actif et la résonance de ces politiques sur la vie des gens.

D’où vient votre intérêt pour la thématique du vieillissement?

Je pense qu’on a tendance à s’intéresser à un objet d’étude qui nous préoccupe ou qui nous touche. Après avoir travaillé sur la question des femmes victimes de violence, celle du vieillissement est venue me happer! Ça fait partie de l’inconnu, d’une zone incertaine. Et, même si l’on prend toutes les précautions nécessaires, on va tous vieillir!

Vous êtes chargée de cours depuis plusieurs années…

Même si l’on possède une expérience dans le milieu universitaire et qu’on en connaît les rouages, le doctorat demeure une épreuve en soi! Mais justement, le fait d’être déjà dans le milieu de la recherche et de l’enseignement m’a donné envie d’être autonome et de conduire mes propres projets de recherche.

Qu’est-ce qui vous a surprise dans vos recherches?

À quel point les gens vieillissent comme l’État le souhaite. Contrairement à ce qu’on peut entendre dans le discours populaire, les aînés se prennent en charge. Personne ne veut dépendre de l’État ou de ses proches. Il y a une grande conscience de l’importance de prendre soin de soi, ce que j’ai appelé «l’éthique citoyenne».