L’Université de Montréal remporte deux prix d’excellence du CCAE

  • Forum
  • Le 14 juin 2017

  • Mathieu-Robert Sauvé
Crédit : CCAE

En 5 secondes

Deux réalisations du Bureau des communications et des relations publiques de l’Université de Montréal gagnent des prix nationaux.

Le Rapport du recteur 2015 et un article de Dominique Nancy paru dans Forum le 18 mai 2016 faisant état d’une recherche en psychiatrie sur le développement des enfants ont valu à leurs auteurs des médailles de bronze dans les catégories Meilleure publication en ligne et Meilleur article de fond en français au dernier concours des Prix d’excellence du Conseil canadien pour l’avancement de l’éducation (CCAE). Les prix ont été remis durant une cérémonie à l’ouverture du congrès annuel de l’organisme le 6 juin à Hamilton, en Ontario.

«Pour ce rapport, le premier entièrement en format numérique, nous avons choisi de mettre en valeur nos jeunes diplômés des années 2000 à la façon des milléniaux, en demandant à une vingtaine d’entre eux de nous fournir un selfie», commente Alain Charbonneau, directeur de l’information et des communications institutionnelles au Bureau des communications et des relations publiques de l’UdeM. Dans la mosaïque du document multimédia, on peut voir 20 égoportraits de diplômés jouant un rôle dans divers domaines d’activité, de la politique au cinéma, en passant par le jeu vidéo, l’action humanitaire et bien d’autres. Parmi eux, la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, le vétérinaire Sébastien Kfoury et la chanteuse Florence K s’étaient prêtés au jeu.

L’article primé de Mme Nancy, intitulé «Les enfants sont comme des fleurs!», relatait les travaux de Charlie Rioux, étudiante au doctorat en psychologie et auteure principale d’une étude publiée dans la revue Development and Psychopathology qui «appuie la théorie selon laquelle la vulnérabilité génétique des enfants peut être transformée lorsqu’ils se trouvent dans un environnement familial favorable». Reprenant une métaphore suédoise sur les végétaux, l’étude montre que les enfants sensibles, qu’on appelle «enfants orchidées», sont capables de s’épanouir dans un milieu adéquat, alors que, s’ils vivent dans un environnement défavorable, ils risquent d’être aux prises avec divers troubles, dont l’abus de substances, la délinquance et les conduites antisociales. Les «enfants pissenlits», quant à eux, sont beaucoup plus résistants. «Comme la très commune plante dent-de-lion qui pousse n’importe où, ils parviennent à s’adapter même dans des conditions austères», écrit la journaliste. «J’ai vu ce sujet comme une nouvelle approche du développement de l’enfant; c’est pourquoi j’ai voulu en apprendre davantage», commente la lauréate, qui se consacre à la communication scientifique depuis 20 ans.

Les Prix d’excellence du CCAE soulignent «les réalisations exceptionnelles en relations avec les diplômés, affaires publiques, communications, marketing, développement, services d'avancement, intendance, recrutement d'étudiants et promotion institutionnelle en général» et sont ouverts à tous les établissements d’enseignement supérieur au Canada.

  • Michelle Huot, Guylaine Gauthier, Hélène Calvet et François Guérard ont participé à l’élaboration du rapport du recteur primé au congrès du CCAE. À droite, Dominique Nancy, auteure de l’article également récompensé.

    Crédit : Amélie Philibert