Karel Morin, diplômée de l’UdeM

Karel Morin

Karel Morin

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

À l'occasion de la collation des grades en sciences de l’éducation, rencontre avec une future enseignante du primaire.

Qu’est-ce qui vous a poussée à devenir enseignante au primaire?

J'aimerais devenir une guide pour mes élèves! Et je suis toujours enchantée de voir l’étincelle dans les yeux des enfants qui apprennent!

Quelle approche adopterez-vous en tant qu’enseignante?

Je suis une adepte de la douceur. J’ai à cœur le bien-être des enfants et j’entends leur fournir un encadrement qui sera propice à leurs apprentissages.

Quel sera votre plus gros défi à relever en classe?

Établir un climat propice à la compréhension mutuelle: je souhaite être comprise par mes élèves et je désire réellement comprendre ce qu’ils attendent de moi tout en répondant à leurs besoins. Je devrai aussi peut-être travailler sur moi-même pour être un peu plus sévère!

Quel est le souvenir qui vous revient lorsque vous songez à vos années passées à l’école primaire?

La relation privilégiée que j’ai eue avec mon enseignante en 5e année. J’étais ambitieuse et je voulais absolument avoir de bonnes notes, et elle me rassurait. Je vais toujours me souvenir de Jasmine Dagenais en tant qu’enseignante chaleureuse, elle qui me surnommait sa «petite soie»!