L’école d’été en sciences de l’information accueille 40 étudiants de six pays

  • Forum
  • Le 24 juillet 2017

  • Mathieu-Robert Sauvé
Le deuxième groupe de l'École d'été internationale de la Francophonie en sciences de l'information.

Le deuxième groupe de l'École d'été internationale de la Francophonie en sciences de l'information.

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

L’école d’été en sciences de l’information 2017 accueille 40 étudiants de six pays francophones.

Pas moins de 40 étudiants du Bénin, du Sénégal, de Tunisie, de France, de Suisse et du Canada consacrent une partie de leur mois de juillet à l’étude de la bibliothéconomie dans le cadre de la 4e École d’été internationale de la Francophonie en sciences de l’information. «Nous donnons la chance à des étudiants à la maîtrise de suivre deux cours de trois crédits en quatre semaines très intensives. C’est aussi l’occasion pour eux de se constituer un réseau très précieux pour la suite de leur parcours, puisqu’ils rencontrent également des professionnels dans les champs de pratique», explique Réjean Savard, professeur retraité de l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information (EBSI) de l’Université de Montréal et fondateur de l’école d’été en 2014.

Les cours Marketing et publics et Gestion d’un projet de numérisation sont donnés par Marielle de Miribel et Tristan Muller, respectivement responsable de la gestion de la qualité des bibliothèques de la Ville de Paris et directeur de la numérisation à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Mais plusieurs autres experts sont engagés dans le projet pédagogique estival. Et des visites de lieux de diffusion et de conservation de documents écrits sont prévues tout au long du mois de juillet.

Dès son embauche à l’EBSI en 1986, Réjean Savard a établi des relations avec des collègues africains et européens et n’a jamais cessé de les alimenter, apportant ainsi à l’école montréalaise une dimension internationale qui demeure une de ses forces aujourd’hui, particulièrement dans l’univers francophone. «L’expertise québécoise était déjà reconnue en matière de gestion et d’organisation des collections et des ressources, autant que sur le plan de l’architecture des bibliothèques», indique M. Savard, qui a par la suite mis sur pied l’Association internationale francophone des bibliothécaires et documentalistes (AIFBD). Il s’est aussi beaucoup consacré à l’organisation de voyages d’études à l’étranger pour les étudiants québécois.

L’école d’été de l’EBSI bénéficie du soutien d’établissements d’enseignement étrangers (Haute École de gestion de Genève; Institut supérieur de documentation de Tunis; École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques de Villeurbanne, en France), d’organismes internationaux (Association pour l’avancement des sciences et des techniques de la documentation, l’AIFBD) et de partenaires québécois tels BAnQ, inLibro ainsi que la Direction des affaires internationales et l’EBSI de l’UdeM.