Ces personnalités de l’UdeM qui font rayonner la langue française

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Six membres de la communauté universitaire sont honorés par le ministère de la Culture et des Communications à l’occasion du 40e anniversaire de la Charte de la langue française.

Il y a tout juste 40 ans, le 26 août 1977, la Charte de la langue française, communément appelée «loi 101», était adoptée. Cette loi a fait du français la langue de l'État et la langue normale et habituelle du travail, de l’enseignement, des communications, du commerce et des affaires.

Afin de célébrer le 40e anniversaire de cette pièce maîtresse de la politique linguistique du Québec, le ministère de la Culture et des Communications a décidé d’honorer 40 personnalités québécoises pour leur apport au rayonnement de la langue française dans la province et à l'étranger. 

Parmi elles figurent François-Albert Angers, Michel Bergeron, Jean-Claude Corbeil, Monique Cormier, Pierre Demers et Robert Dubuc, dont la vie est ou a été liée à l’Université de Montréal.

Professeur, chercheur, homme public et écrivain prolifique, François-Albert Angers a été le premier scientifique à se pencher sur le développement économique du Québec dans une perspective appliquée.

Il a entamé sa carrière à HEC Montréal, son alma mater, où il a enseigné les sciences économiques de 1938 à 1974 et fondé l’Institut d’économie appliquée. De 1950 à 1955, il a été professeur de sécurité sociale à l'École de relations industrielles de l’UdeM.

Socialement engagé, il a agi à titre d'arbitre dans les conflits ouvriers des années 50 et participé notamment à la commission Parent sur la réforme de l'enseignement. Il a également encouragé l'adoption de lois sur la langue au Québec.

Il a reçu l’Ordre du mérite des diplômés de l’UdeM en 1972 et un doctorat honoris causa de l’Université de Montréal en 1985. François-Albert Angers est décédé en juillet 2003.

Médecin spécialiste en néphrologie, Michel Bergeron est professeur émérite du Département de pharmacologie et physiologie de l'Université de Montréal, département où il a enseigné dès 1975 et qu’il a dirigé de 1986 à 1993.

Cofondateur de la revue internationale de sciences biomédicales de langue française médecine/sciences, il en a été le rédacteur en chef québécois pendant 15 ans. Il est l’auteur d'importantes découvertes scientifiques sur l'organisation tridimensionnelle de la cellule et les relations morphofonctionnelles entre ses organites.

Le prix Michel-Bergeron, accordé annuellement par l'Association des étudiants aux grades supérieurs de la Faculté de médecine de l'UdeM, récompense le meilleur travail de vulgarisation scientifique écrit par un étudiant en recherche en sciences de la santé.

Professeur, de 1968 à 1971, au Département de linguistique et de traduction de l’UdeM, dont il est diplômé, Jean-Claude Corbeil s’est spécialisé en recherche dans les domaines de la lexicologie, de la terminologie et de l’aménagement linguistique.

Ses activités l’ont ensuite mené du côté de la haute fonction publique. Il a été membre de la commission Gendron sur la norme du français et les modèles linguistiques au Québec et directeur linguistique de l’Office puis de la Régie de la langue française. Il a participé à l’élaboration et à la rédaction de la Loi sur la langue officielle, promulguée en 1974, et à celles de la Charte de la langue française. Il est, entre autres, le concepteur et l’auteur du dictionnaire Le visuel, qui a été réédité plusieurs fois depuis sa parution originale et qui est maintenant accessible dans 22 langues.

Crédit : Rémy Boily

Diplômée de l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et de l’Université de Montréal, Monique Cormier est professeure au Département de linguistique et de traduction. Ses travaux en terminologie et en métalexicographie, notamment sur les filiations des dictionnaires européens, lui ont valu une bourse d'excellence en recherche de l'Université des réseaux d'expression française et le Warren N. Cordell Research Fellowship de l'Université d'État d'Indiana.

Mme Cormier dirige, depuis sa mise en place en 2014, le Bureau de valorisation de la langue française et de la Francophonie de l’UdeM. En novembre 2015, elle a été nommée vice-rectrice associée à la langue française et à la Francophonie.

Membre de la Société royale du Canada et lauréate du prix Georges-Émile-Lapalme en reconnaissance d'une carrière remarquable, Monique Cormier est devenue en 2011 la première femme à recevoir le Prix d'excellence académique de l'Association canadienne des professeures et professeurs d'université. Elle est chevalière de l'Ordre national du Québec et de l'Ordre des Palmes académiques de France. En 2014, le Conseil supérieur de la langue française lui a décerné l'Ordre des francophones d'Amérique.

Diplômé de l’UdeM en physique, sciences mathématiques et chimie, Pierre Demers est parti pour la France en 1938 afin d’étudier à l’École normale supérieure et il est entré au laboratoire de synthèse atomique du Collège de France. De retour au Québec en 1940, il a travaillé, à son insu, sur le projet Manhattan, nom de code du projet où fut mise au point la bombe atomique.

De 1947 à 1980, il a enseigné la physique à des milliers d’étudiants de l’Université de Montréal. Très engagé dans son milieu, il a assisté, de 1933 à 2014, à la totalité des congrès de l’Association francophone pour le savoir – Acfas, dont il était membre émérite depuis 2012.

Pierre Demers a reçu de nombreux prix et distinctions soulignant son engagement dans les sciences et la défense de la langue française. Il a consacré les dernières années de sa vie à l'usage de la langue française dans la recherche universitaire, et en particulier dans le domaine scientifique.

Pierre Demers est décédé le 29 janvier dernier à l’âge de 102 ans.

 

Entré au service de Radio-Canada en 1956 à titre de traducteur-terminologue, Robert Dubuc a mené, à partir de 1969, une double carrière, partagée entre la société d’État et l’Université de Montréal. Chargé de cours de traduction et de terminologie de 1969 à 1995, il s’est consacré, de 1970 à 1975, à la conception de la banque de terminologie de l’UdeM. De 1975 à 1985, il a été adjoint au directeur des Services linguistiques de Radio-Canada, puis directeur de ce service de 1985 à 1990.

Très actif dans le milieu langagier pendant 35 ans, Robert Dubuc a publié de nombreuses études grammaticales et terminologiques, dont le Manuel pratique de terminologie, aujourd’hui traduit en plusieurs langues.

Considéré comme le «père de la terminologie au Québec», Robert Dubuc a reçu plusieurs hommages au cours de sa carrière.