Pavillon Roger-Gaudry: trois chantiers d’avenir… qui perturbent le présent

Les travaux du «tunnel de la rampe» sont l'un des trois chantiers qui font partie d’un projet global de réfection issu de la volonté de mettre à niveau – et d’embellir – les abords du pavillon-phare de l’Université de Montréal.

Les travaux du «tunnel de la rampe» sont l'un des trois chantiers qui font partie d’un projet global de réfection issu de la volonté de mettre à niveau – et d’embellir – les abords du pavillon-phare de l’Université de Montréal.

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Les trois chantiers qui ont cours aux abords du pavillon Roger-Gaudry font partie d’un projet global de réfection issu de la volonté de mettre à niveau et d’embellir le pavillon-phare de l’UdeM.

Crédit : Direction des immeubles

Disons-le d’emblée: la rentrée n’a pas été de tout repos pour les étudiants et les employés de l’UdeM qui fréquentent le pavillon Roger-Gaudry et qui doivent s’y rendre quotidiennement, que ce soit à pied, à vélo ou en voiture.

Les trois chantiers qui le jouxtent en rendent l’accès plus difficile, et tous doivent d’autant plus faire preuve de patience que d’autres travaux de réfection municipale jalonnent le parcours, qui peut prendre l’allure d’un labyrinthe…

Or, ces travaux sont nécessaires.

Ces trois chantiers en apparence séparés font partie d’un projet global de réfection issu de la volonté de mettre à niveau – et, du coup, d’embellir – les abords du pavillon-phare de l’Université de Montréal.

Trois chantiers, un projet global

En cours de chantier, il s’est avéré opportun de profiter des travaux d’excavation du tunnel de la rampe pour creuser un nouveau tunnel permettant de relier les nouveaux escaliers au pavillon Roger-Gaudry, par un accès intérieur du côté ouest du pavillon (aile U).

Le premier chantier, amorcé depuis un bon moment déjà, est celui du tunnel de la rampe; on a récemment fait état de l’avancement des travaux et des voies alternatives sur UdeMNouvelles.

Une fois terminé, ce chantier fera place à une porte d’entrée unique reflétant l’identité de l’UdeM: son escalier en forme de V se veut une métaphore d’un grand livre ouvert et de la diffusion du savoir.

Et, plus concrètement, la nouvelle configuration des escaliers permettra de dégager un plus grand hall au bas du tunnel, ce qui évitera les engorgements aux heures de pointe.

Il est prévu que ce tunnel, dans sa partie supérieure, donnera aussi éventuellement accès à un espace qui sera situé sous le stationnement de la cour d’honneur, où l'on trouvera des locaux commerciaux.

En cours de chantier, il s’est donc avéré opportun de profiter des travaux d’excavation du tunnel de la rampe pour creuser un nouveau tunnel permettant de relier les nouveaux escaliers au pavillon Roger-Gaudry, par un accès intérieur du côté ouest du pavillon (aile U).

Ces travaux de creusage à ciel ouvert constituent le deuxième chantier et devraient se poursuivre en 2018. Dans l’intervalle, des signaleurs sont présents pour faciliter le repérage et la circulation des membres de la communauté.

Enfin, le troisième chantier consiste en la réfection complète du trottoir près du stationnement situé à l’ouest du pavillon Roger-Gaudry. Amorcés en juin, ces travaux impliquaient d’abord la démolition du trottoir existant et vieux d’une quarantaine d’années. Ces travaux devraient être terminés au cours des prochaines semaines.

D’ici là, des panneaux de signalisation ont été installés tout au long du chantier pour faciliter la circulation, de même que des plaques de diminution de vitesse à 10 km/h. Deux signaleurs s’assurent de permettre le passage des piétons arrivant du sentier boisé.

Un projet d’avenir

Le projet de rénover et d’embellir l’accès et la façade du pavillon emblématique de l’UdeM est un projet d’avenir. D’autres travaux sont à prévoir, comme la réfection du chemin de la Rampe, dont les signes d’usure sont manifestes. À terme, il constituera un chemin avec des voies réservées tant aux automobiles qu'aux cyclistes et aux piétons.

Ces travaux doivent être faits, et tout est mis en œuvre pour réduire, de façon optimale, les nuisances qu’ils entraînent.