L’apport historique du Dr Hans Selye est reconnu par le gouvernement canadien

Crédit : «Hans Selye: une vie en images» - Division de la gestion de documents et des archives

En 5 secondes

C’est le chercheur de l’UdeM Hans Selye qui a défini le concept du stress, que des scientifiques du monde entier étudient. L’apport historique du Dr Selye est aujourd’hui souligné.

Une cérémonie a eu lieu aujourd’hui au pavillon Roger-Gaudry pour souligner l’apport historique d’Hans Selye. Chercheur à l’Université de Montréal de 1945 à 1977, il a consacré sa vie active à définir le phénomène du stress. Il est d’ailleurs reconnu dans le monde scientifique comme le «père» de la recherche sur le stress. Ses recherches ont révolutionné notre compréhension du concept, de ses causes et des liens qui existent entre le cerveau, les émotions et le corps. Il a acquis une réputation internationale en tant qu’endocrinologue et a reçu de nombreux prix et distinctions, dont le grade de compagnon de l’Ordre du Canada.

Le recteur de l’Université de Montréal, Guy Breton, accompagné de la Dre Hélène Boisjoly, doyenne de la Faculté de médecine, ont accueilli sur le campus Marc Miller, député de Ville-Marie–Le Sud-Ouest–Île-des-Sœurs, qui a dévoilé ce matin la plaque commémorative soulignant le travail d’Hans Selye et qui sera installée à la Faculté de médecine. «Le gouvernement du Canada est ravi de commémorer l’importance historique nationale d’Hans Selye, considéré comme le pionnier de la recherche sur le stress. Instigateur de la médecine du 20siècle, ses méthodes de recherche, tant multidisciplinaires qu’holistiques, ont ouvert la voie à de nouvelles approches dans le traitement des maladies et ont influencé de nombreux chercheurs», a expliqué le député.

«Le Dr Selye a contribué à faire du Canada une grande nation scientifique. Son héritage est immense. Grâce à ses travaux, nous pouvons comprendre et mieux gérer le stress, avec lequel chacun d’entre nous doit composer», a ajouté Guy Breton.

«Le Dr Hans Selye appartient à la grande famille des chercheurs de l’UdeM et de sa faculté de médecine. Il y a formé beaucoup d’étudiants et a contribué significativement, avec plus de 1700 articles scientifiques et 39 monographies, à l’avancement des connaissances. L’hommage que nous lui rendons aujourd’hui nous réjouit et nous rend très fiers», a déclaré la Dre Boisjoly.

«Hans Selye fait partie de ces chercheurs plus grands que nature qui ont fait briller l’Université de Montréal et le Canada dans le monde. Il reste une inspiration pour nos professeurs et nos étudiants, et pour tous ceux et celles qui rêvent un jour de changer le monde par la science, par le savoir», a conclu le recteur.

Lire le communiqué du gouvernement du Canada.

À relire: Stress: une découverte montréalaise!

  • De gauche à droite: Julie Dompierre, ancienne secrétaire exécutive de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada; Marc Miller; le recteur Guy Breton; Sonia Lupien, directrice du Centre d'Études sur le stress humain; et Hélène Boisjoly.

    Crédit : Amélie Philibert

Hans Selye (1907-1982)

Hans Selye est le père de la recherche sur le stress. Son approche, selon laquelle le stress est une réaction biologique, souleva d’abord la controverse. Grâce à la poursuite inlassable de ses expériences et à son talent de communicateur, tant auprès du grand public que des milieux scientifiques, il finit cependant par imposer ses théories. Par ses travaux en laboratoire à l’Université de Montréal, Hans Selye a grandement contribué à l’enrichissement de notre compréhension des causes des maladies, notamment de celles du cœur, et au développement des connaissances en endocrinologie, sa spécialité.

(libellé de la plaque dévoilée)

Relations avec les médias