Le nouveau Centre hospitalier de l’Université de Montréal en quatre questions

Crédit : Adrien Williams

En 5 secondes

Inauguré le 17 septembre, le CHUM sera un extraordinaire environnement de découvertes et d’innovations, tout en étant centré sur l’humain, affirment son pdg, Fabrice Brunet, et le recteur Guy Breton.

1. Quelle définition donneriez-vous d’un centre hospitalier universitaire?

Guy Breton

Crédit : Amélie Philibert

Guy Breton: C’est beaucoup plus qu’un établissement qui soigne des patients et qui offre des soins surspécialisés, c’est un centre nerveux. Avec les équipes de soins cohabitent des enseignants, des étudiants et des chercheurs. C’est un lieu où l’on forme la relève tout en repoussant les limites de la connaissance en santé.

Fabrice Brunet: Un centre hospitalier universitaire va sans cesse produire, transmettre, implanter et évaluer de nouvelles connaissances qui sont issues de ses propres travaux de recherche, mais aussi de travaux d’autres centres semblables à travers le monde. Ce qui est formidable, c’est que les projets de recherche partent des besoins des patients rencontrés au quotidien et que les résultats de ces études ciblées peuvent ainsi être rapidement mis en pratique.

2. Que va changer ce nouveau CHUM pour les patients, pour les professionnels de la santé qui les soignent et qui y enseignent, mais aussi pour les étudiants qui y sont formés?

Fabrice Brunet: Le CHUM n’est pas simplement un nouvel hôpital, c’est un hôpital de nouvelle génération. Des technologies de pointe sont présentes partout dans l’établissement afin de faciliter la communication, l’enseignement, la recherche et le travail des équipes. Mais cela va bien au-delà de la technologie: nous avons mis en place un environnement très chaleureux, axé sur la rencontre, tous les types de rencontres – celles des patients et de leur famille, celles des membres de nos différentes équipes, mais aussi celles des patients et du personnel soignant et de recherche dans une vision assez unique au monde actuellement: celle du patient partenaire. 

Guy Breton: L’UdeM et le CHUM sont en effet mondialement connus pour leur approche du patient partenaire, dans laquelle le patient n’est plus considéré comme un sujet d’étude, mais comme un partenaire de soins et de recherche, un membre de l’équipe. Tous nos étudiants des domaines de la santé sont formés dans cet esprit. Et l’évolution du concept de patient partenaire sera grandement facilitée par le fait que le CHUM en a tenu compte dans l’aménagement de son espace. Comme il a intégré dans son architecture même ses mandats d’enseignement et de recherche – ce qui représente une amélioration majeure pour nos étudiants et nos enseignants.

3. Comment pouvons-nous qualifier la collaboration entre le CHUM et l’UdeM?

Guy Breton: Le CHUM est la pierre angulaire du réseau des établissements de santé affiliés à l’UdeM. Ce réseau compte 37 établissements et chacun complète à sa façon l’offre de service du CHUM. La moitié des stages de tous nos étudiants des secteurs de la santé se déroule au CHUM, ce qui représente environ 3000 personnes. Il faut ajouter près de 1000 professeurs et chargés de cours de l’UdeM. Nous y sommes donc très présents au quotidien.

Fabrice Brunet: Ce qui rend cette collaboration unique par rapport à d’autres centres hospitaliers universitaires dans le monde, c’est l’alignement de nos orientations et notre forte synergie. Nous partageons une vision commune de l’enseignement et de la recherche. C’est le cas pour l’approche du patient partenaire, qui nécessite une concordance parfaite de nos valeurs, ce l’est aussi dans des domaines qui ne sont pas strictement liés à la santé, comme la recherche sur les données massives, qui comporte des occasions de partage d’expertises énormes, de même que la création de partenariats.

4. Qu’est-ce qui vous rend le plus fier de ce CHUM?

Fabrice Brunet

Crédit : Amélie Philibert

Guy Breton: Nous retrouvons dans un lieu unique, un établissement de calibre mondial, l’ensemble des moyens pour soigner, enseigner et faire progresser la science. Auparavant, ces moyens étaient dispersés dans trois hôpitaux universitaires qui formaient le CHUM: l’Hôtel-Dieu, l’Hôpital Notre-Dame et l’Hôpital Saint-Luc. Maintenant, les patients et les étudiants auront accès dans un seul lieu à la totalité des expertises de ces trois établissements. L’environnement de soins et d’apprentissage est optimal.

Fabrice Brunet: Au-delà du bâtiment et des locaux, qui sont une grande réussite, ce qui me rend le plus fier, ce sont les équipes qui ont créé ce CHUM, qui le feront vivre et qui y apporteront de nouvelles façons de faire. Ma vision est celle d’équipes plus que multidisciplinaires, soit «plurielles», composées des membres du corps médical, du personnel, des patients, des familles et des étudiants qui, tous ensemble, vont contribuer à redessiner le futur.