Traitement du cancer: des patients accompagnateurs dans les équipes de soins

Crédit : Thinkstock.

En 5 secondes

Un nouveau projet de recherche va désormais permettre d’intégrer des patients dans les équipes d’oncologie de six établissements québécois. Une petite révolution dans l’univers médical.

Survivante d’un cancer du sein et spécialisée en formation aux adultes, Mado Desforges est maintenant cochercheuse dans un programme de recherche novateur dont pourront bénéficier des milliers de patients traités pour un cancer. «Nous allons bâtir un réseau d’entraide en jumelant des patients en traitement avec des personnes ayant combattu le même cancer pour les aider à mieux traverser cette étape de leur vie. Cette nouvelle approche de patients accompagnateurs sera aussi une solution additionnelle pour les professionnels qui accompagnent les patients», dit-elle.

En 2016, 21 300 Québécois ont reçu un diagnostic de cancer. Une maladie qui entraîne des conséquences importantes dans leur vie personnelle et professionnelle. Rapidement, ils doivent composer avec une nouvelle réalité et prendre des décisions cruciales pour leur santé.

Et si l’expérience de personnes ayant déjà vécu une telle épreuve, comme Mado Desforges, était mise à profit pour les aider?

C’est ce que proposent la Dre Marie-Pascale Pomey, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal et chercheuse au Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal, et la Dre Michèle de Guise, directrice des services de santé et de l’évaluation des technologies à l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux, qui ont uni leurs efforts pour mobiliser patients, cliniciens, gestionnaires et décideurs autour de leur projet.

Le programme «Le patient accompagnateur, une ressource organisationnelle comme levier pour une expérience patient améliorée en oncologie (PAROLE-Onco)» vient de recevoir des Instituts de recherche en santé du Canada un financement de un million de dollars sur quatre ans. Ce programme débutera dans les prochaines semaines, avec l’intégration de patients accompagnateurs dans les équipes soignantes des services d’oncologie du CHUM, du CUSM, du CHU de Québec-Université Laval et des CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, de l’Est-de-l’Île-de-Montréal et du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

Une autre façon de soigner

Mado Desforges, la Dre Marie-Pascale Pomey et la Dre Michèle de Guise.

Crédit : Équipe multimédia, CHUM.

Il s’agit du premier projet de recherche visant à évaluer les effets de l’intégration de patients accompagnateurs dans des équipes soignantes, et ce, sur les plans clinique et organisationnel.

«C’est un changement de paradigme dans un monde médical traditionnellement centré sur le savoir des médecins. À travers leur vécu, les patients accumulent pourtant des connaissances non seulement sur leur maladie, mais aussi sur l’utilisation du système de santé et l’impact que la maladie a sur toutes les sphères de leur vie. Or, ces connaissances peuvent s’avérer essentielles pour d’autres personnes qui ont à vivre des épisodes de soins semblables», explique la professeure Marie-Pascale Pomey. 

Avec ce projet, les patients accompagnateurs font pleinement partie des équipes de soins et interviennent à des moments clés du parcours du patient. Ils facilitent la communication entre patients et intervenants. En étant mieux informée, la personne malade peut participer de façon plus active à son traitement.

«Ce sont des alliés de poids qui, en offrant un soutien, aident les patients à être de meilleurs partenaires dans leurs soins et à mieux s'orienter dans le système de santé», poursuit la professeure. 

Les données recueillies par les chercheuses permettront d’élaborer de meilleures pratiques ainsi que des outils pédagogiques, d’implantation et d’évaluation. «En plus de ses retombées positives immédiates pour les patients, on compte sur ce programme pour épauler d’autres établissements au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde à mettre en œuvre à leur tour des projets similaires», conclut la Dre de Guise.

À propos du CRCHUM

Le Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) améliore la santé chez l'adulte par un continuum de recherche universitaire de haut niveau qui, en améliorant la compréhension des mécanismes étiologiques et pathogéniques, favorise le développement, l'implantation et l'évaluation de nouvelles stratégies préventives, diagnostiques et thérapeutiques. Le CRCHUM offre un environnement de formation assurant une relève engagée dans une recherche d'excellence.

Relations avec les médias