Treize façons de parler du suicide…

Crédit : Thinkstock

En 5 secondes

Le Centre de santé et de consultation psychologique de l’UdeM organise 13 activités de prévention du suicide et de sensibilisation aux violences relationnelles.

S’inspirant de la série 13 Reasons Why, qui a fait l’objet d’une certaine controverse en mai dernier, le Centre de santé et de consultation psychologique (CSCP) de l’Université de Montréal a élaboré une campagne autour de 13 activités de prévention du suicide et de sensibilisation aux violences relationnelles qui peuvent y être liées.

Plusieurs conférences-débats sur cette série sont proposées de septembre à novembre à la Faculté des sciences de l’éducation afin d’outiller les futurs enseignants du secondaire qui voudraient discuter avec leurs élèves des effets qu’elle peut avoir chez eux.

D’autres activités seront présentées dès janvier 2018, dont une table ronde, en mars prochain, pour les personnes endeuillées par le suicide.

Il importe de noter que la campagne de prévention du suicide est l’un des multiples projets du CSCP destinés à favoriser une bonne santé mentale chez les étudiants des campus de l’UdeM, ainsi que de HEC Montréal et de Polytechnique Montréal.

Pour en savoir plus, consultez la programmation des «13 façons d’en parler».

Être sensible à la souffrance des autres

Cette année, le Centre de santé et de consultation psychologique axe sa campagne sur les liens qui existent entre les violences relationnelles et le suicide, dont l’intimidation, la solitude, les ruptures amoureuses, le harcèlement et les agressions. Cette campagne vise aussi à redonner le goût de vivre et à le rendre plus fort.

Car, selon la psychologue Sylvie Corbeil, du CSCP, la violence relationnelle est souvent banalisée, bien qu’elle représente un facteur de risque important.

«Une personne suicidaire ne croit plus en la bonté des autres souvent par suite de nombreuses déceptions dans ses relations, souligne Mme Corbeil. Elle ne s’aime pas et, surtout, elle ne se sent pas aimée.»

D’où l’importance de «porter un regard sensible sur la détresse des autres, ajoute Philippe Tremblay, également psychologue au CSCP. Nous ne sommes pas impuissants face aux personnes qui souffrent: nous pouvons tous ouvrir un espace de dialogue avec ceux qui peuvent être à risque de faire une tentative de suicide».

De même, si les personnes souffrantes appréhendent souvent l’aide qu’elles espèrent aussi, nous pouvons les encourager à croire que la réponse de l’autre sera différente. «Dépasser la résistance à être aimé des autres et se rappeler qu’il y a quelqu’un qui désire nous voir vivant», conclut Catherine Grabherr, interne en psychologie au CSCP.

Des lignes téléphoniques pour vous écouter et vous aider

Les étudiants qui souhaitent obtenir de l’aide et parler de leurs difficultés avec un psychologue du Centre de santé et de consultation psychologique de l’UdeM peuvent téléphoner au 514-343-6452.

De même, les étudiants et les employés de l’UdeM peuvent se confier à un intervenant de Suicide Action Montréal en composant le 514-723-4000.

Prendre soin de soi

Michèle Brochu, vice-rectrice adjointe aux études supérieures et administratrice exerçant les fonctions de doyenne de la Faculté des études supérieures et postdoctorales, a prononcé le 28 août dernier, dans le cadre de la Semaine d'accueil des nouveaux étudiants, une conférence sur la prévention du suicide.

Revoyez sa présentation.

Prendre soin de soi - Michèle Brochu
En lecture:

Prendre soin de soi - Michèle Brochu