L’Université de Montréal décernera six doctorats honorifiques

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Alain Simard et André Ménard, André Dudemaine, Francine Lelièvre, Irwin Cotler et Yannick Nézet-Séguin recevront cet automne un doctorat «honoris causa» de l’Université.

L’Université de Montréal honorera six personnalités en leur remettant un doctorat honoris causa au cours de différentes activités et cérémonies de collation des grades qui se tiendront dans les prochaines semaines. Les personnalités choisies ont marqué chacune à leur façon les secteurs de la culture, de la culture autochtone, des sciences sociales et du droit.

«La trajectoire exceptionnelle des six personnes que nous honorons cet automne illustre avec brio qu’on peut changer le monde avec le pouvoir de la culture, qui se forge dans le creuset de l’art, de l’histoire et des droits de la personne. En cette année de célébration de Montréal, nous soulignons le parcours de ces personnalités qui ont fait porter bien au-delà de nos frontières cet esprit tout particulier qui anime Montréal: festif, créatif, inclusif et ouvert sur le monde. C’est un honneur pour nous de les accueillir dans la grande communauté de l’UdeM», a mentionné le recteur Guy Breton.

Alain Simard et André Ménard

Alain Simard et André Ménard sont deux piliers de l’industrie québécoise de la musique et du spectacle. Inséparables et complices, ils font partie des entrepreneurs-producteurs qui ont le plus contribué à l’émergence et à l’affirmation de Montréal en tant que métropole culturelle.

Leur fructueuse association remonte à 1977, avec la création de Spectra Scène, connu aujourd’hui sous le nom de L’Équipe Spectra. Jeunes producteurs au flair infaillible, ils propulsent au firmament des groupes québécois tels que Harmonium, Beau Dommage, Offenbach et Jean Leloup, tout en attirant au Québec de grands noms de la musique. En 1979, ils fondent, en collaboration avec Denyse McCann, le Festival international de jazz de Montréal qui, en quelques années, deviendra l’une des manifestations touristiques les plus courues du Canada. Leur remarquable apport au monde culturel leur a valu de nombreuses distinctions. Ils ont également été intronisés au Panthéon de la musique canadienne en 2016. Ils recevront leur doctorat honorifique à la cérémonie de collation des grades de la Faculté de musique, qui aura lieu le 31 octobre, à 14 h, à l’amphithéâtre Ernest-Cormier.

Alain Simard

André Ménard

André Dudemaine

Innu d’origine et membre de la communauté de Mashteuiatsh, André Dudemaine a largement contribué au rayonnement de la culture des peuples autochtones d’Amérique du Nord. Depuis 30 ans, il multiplie les interventions publiques afin qu’elle soit pleinement reconnue. Cofondateur et directeur de Terres en vues, il dirige aussi le festival Présence autochtone de Montréal. Membre éminent du milieu cinématographique autochtone, il siège au conseil d’administration de plusieurs organismes et il est fréquemment sollicité pour ses idées afin de créer des manifestations qui donnent une voix aux peuples autochtones. Au fil des ans, l’importante contribution d’André Dudemaine lui a valu plusieurs marques de reconnaissance, notamment le prix d’excellence Mishtapew, de l’Association d’affaires des Premiers Peuples, et le prix Jacques-Couture, de l’Assemblée nationale du Québec. Son doctorat honoris causa lui sera remis à la cérémonie de collation des grades de la Faculté des arts et des sciences, qui aura lieu le 3 novembre, à 14 h, à l’amphithéâtre Ernest-Cormier.

André Dudemaine

Francine Lelièvre

Historienne de formation, Francine Lelièvre est la fondatrice de Pointe-à-Callière, le musée d’archéologie et d’histoire de Montréal, dont elle est directrice générale. Diplômée de la licence ès lettres en histoire et du baccalauréat en pédagogie de l’Université de Montréal, elle a également entrepris une maîtrise en histoire à l’Université Laval. Après avoir enseigné l’histoire, elle intègre l’équipe de Parcs Canada afin de diriger la mise en valeur de nombreux lieux historiques. C’est en 1989 qu’elle se voit confier le plus important mandat de sa carrière: concevoir et implanter un musée consacré à l’histoire et à l’archéologie, Pointe-à-Callière. Elle est aussi l’instigatrice du projet de la Cité d’archéologie et d’histoire de Montréal. Ce complexe muséal d’envergure constituera un legs patrimonial pour le 375anniversaire de Montréal. Mme Lelièvre est l’auteure de plusieurs textes et publications, et s’est vu décerner divers prix et distinctions. Elle est entre autres membre de l’Ordre du Canada et chevalière de l’Ordre national du Québec. Elle sera honorée à la cérémonie de collation des grades de la Faculté des arts et des sciences, qui aura lieu le 4 novembre, à 11 h, à l’amphithéâtre Ernest-Cormier.

Francine Lelièvre

Irwin Cotler

Promoteur infatigable de l’égalité des droits, juriste expert en droit international et en droits de la personne, ancien député et ministre de la Justice, défenseur de prisonniers politiques et de dissidents, Irwin Cotler est aussi président fondateur du Centre Raoul Wallenberg pour les droits de la personne. Né en 1940 à Montréal, il est diplômé en droit de l’Université McGill et de la Yale Law School. Professeur de droit à l’Université McGill, il a été directeur du Human Rights Program, et ses travaux sur les crimes de guerre et la propagande haineuse ont fait école. Il a en outre agi à titre de conseiller en chef à la Commission d’enquête sur les criminels de guerre, présidée par le juge Jules Deschênes. Irwin Cotler a fait son entrée dans l’arène politique fédérale en 1999. Député libéral pendant 16 ans, il a également rempli les fonctions de ministre de la Justice et de procureur général dans le cabinet de Paul Martin. Véritable pionnier et acteur du changement social, il a reçu de nombreux prix et distinctions. M. Cotler recevra son doctorat honorifique à la cérémonie de collation des grades de la Faculté de droit, qui aura lieu le 7 novembre, à 16 h, à l’amphithéâtre Ernest-Cormier.

Irwin Cotler

Yannick Nézet-Séguin

Directeur artistique et chef principal de l’Orchestre Métropolitain (2000), Yannick Nézet-Séguin est l’un des chefs les plus demandés du monde. Il est directeur musical de l’Orchestre de Philadelphie (2012) et de l’Orchestre philharmonique de Rotterdam, avec lequel il passera sa 10e et dernière saison en 2017-2018. En 2020-2021, il succédera à James Levine comme troisième directeur musical du Metropolitan Opera. Sa carrière se déroule auprès des plus grandes formations symphoniques, notamment les orchestres philharmoniques de Berlin et de Vienne, l’Orchestre de la Radio bavaroise et l’Orchestre de chambre d’Europe. Chef d’opéra et chef symphonique remarquable, il est acclamé dans les salles les plus prestigieuses: Metropolitan Opera (New York), Festival de Salzbourg, Scala (Milan), Royal Opera House (Londres), Musikverein (Vienne), Concertgebouw (Amsterdam), Carnegie Hall (New York), etc. Il enregistre des albums avec plusieurs orchestres sous l’étiquette Deutsche Grammophon et poursuit sa collaboration avec ATMA Classique et l’Orchestre Métropolitain. Lauréat de nombreux prix, il est titulaire de quatre doctorats honorifiques; de plus, il est compagnon de l’Ordre du Canada, compagnon de l'Ordre des arts et des lettres du Québec, officier de l’Ordre national du Québec et officier de l'Ordre de Montréal. Il sera honoré le 21 novembre prochain.

Yannick Nézet-Séguin

Crédit : Hans Vanderwoerd

Médaille de l’UdeM

À l'occasion de la cérémonie de collation des grades de la Faculté de l’aménagement, qui aura lieu le 6 novembre, à 14 h, à l’amphithéâtre Ernest-Cormier, la Médaille de l’Université de Montréal sera remise à Claude Cormier. Cette distinction vise à reconnaître la carrière exceptionnelle menée par ses récipiendaires.

Architecte paysagiste, Claude Cormier a commencé sa formation en agronomie. Son baccalauréat de l’Université de Guelph en poche, il comprend alors que ses champs d’intérêt et aspirations se trouvent plutôt du côté de l’architecture de paysage, discipline qu’il étudiera à l’Université de Toronto. Il est titulaire d'une maîtrise en histoire et théorie du design de l’Université Harvard. En 1995, il revient à Montréal et fonde sa firme. Ses réalisations débordent largement le cadre traditionnel de l’architecture de paysage. Ses créations sont non conventionnelles, audacieuses et souvent empreintes d’un humour subversif. On les trouve dans plusieurs villes du Canada et des États-Unis, ainsi qu’en France et même à Shanghai. Au fil des ans, sa société a obtenu plus de 77 prix et mentions.

Relations avec les médias