Lancement de la programmation de Novembre.doc, le mois du documentaire à Ciné-campus

Le documentaire politique «Un journaliste au front» suit le parcours atypique du reporteur pigiste canadien Jesse Rosenfeld.

Le documentaire politique «Un journaliste au front» suit le parcours atypique du reporteur pigiste canadien Jesse Rosenfeld.

En 5 secondes

Le 12e Mois du documentaire à Ciné-campus propose une programmation invitant à une réflexion politique, sociale, environnementale et artistique, basée sur la vision de cinéastes engagés.

Pendant le mois de novembre, les Activités culturelles de l’Université de Montréal présentent Novembre.doc, le mois du documentaire à Ciné-campus. On pourra y voir six documentaires engagés et y entendre deux ciné-causeries organisées autour de thématiques et de questions de société les mardis et mercredis du 7 au 22 novembre au Centre d’essai de l’UdeM.

Festival alternatif, Novembre.doc propose une programmation qui invite à une réflexion politique, sociale, environnementale et artistique basée sur la vision de cinéastes convaincus que la sensibilisation ouvre la voie à de véritables changements.

À l’affiche de Novembre.doc

Le peintre et romancier Marc Séguin part à la rencontre, dans La ferme et son État, des petits agriculteurs afin de brosser un tableau de l’industrie agroalimentaire au Québec. Du réchauffement climatique à la compétitivité des prix, de la perte de savoir-faire au rapport au gaspillage, les grands défis que doivent relever ces producteurs sont abordés sans détour, parfois avec humour. La projection gratuite sera suivie d’une ciné-causerie en présence du réalisateur grâce à la collaboration du campus MIL et de l'Unité du développement durable de l'UdeM.

Dans le métro montréalais, trois aveugles entonnent de douces mélodies. Ils sont hantés par la mort tragique du second enfant de la famille et cherchent douloureusement la lumière. Les rêves l’ont annoncé: Hassan, le fils si pur, l’ange parti trop tôt, reviendra bientôt à leurs côtés et ils connaîtront enfin le bonheur. D’une poésie ardente et crue, La résurrection d’Hassan, de Carlo Guillermo Proto, raconte le chemin de croix d’êtres incandescents tentant d’accéder à la grâce par-delà les souffrances du destin. Une œuvre acclamée dans plusieurs festivals, lauréate du Prix des étudiants au RIDM 2016 et du Prix spécial du jury aux Hot Docs de Toronto en 2017.  

Dans les montagnes et le désert du Kurdistan, les guérilléras kurdes du PKK nous dévoilent leur quotidien. Ces femmes révolutionnaires combattant Daech (l’État islamique) nous révèlent, sans détour, leurs réflexions et leurs idéaux. Elles nous offrent une immersion intimiste dans leur univers. Le documentaire Gulîstan, terre de roses, de Zaynê Akyol, est présenté en collaboration avec le Comité féministe de l’AESPEIUM.

Le documentaire politique Un journaliste au front suit le parcours atypique du reporteur pigiste canadien Jesse Rosenfeld. À ses côtés lors d'expéditions dans différentes zones de conflit au Moyen-Orient, le réalisateur Santiago Bertolino témoigne d’une réalité régionale complexe tout en rendant compte de l’évolution de la pratique journalistique dans le nouveau contexte médiatique imposé par Internet. De l’Égypte à la Turquie et à l’Irak en passant par Israël et la Palestine, Un journaliste au front montre les hauts et les bas d’un nouveau journalisme en action où le reporteur doit savoir imposer ses sujets et prendre position pour espérer faire la une. Objectif: faire entendre la voix d’une information indépendante et critique dans la nouvelle jungle de la communication. Le réalisateur Santiago Bertolino sera l’invité d’une discussion avec le public.

En France, des scientifiques issus de 37 pays travaillent à la création d’une étoile artificielle en vue de fournir une source d’énergie propre aux générations futures. La réponse à ce défi colossal pourrait se trouver dans la fusion nucléaire. Le documentaire scientifique Let there be light: le futur de l’énergie a été réalisé par Mila Aung-Thiwin et Van Royko.

Œil d'or du meilleur documentaire au Festival de Cannes 2017, Visages villages est une rencontre entre Agnès Varda et JR. Issu d’une envie de travailler ensemble et de tourner un film en France, loin des villes. En voyage avec le camion photographique (et magique) de JR. Visages villages raconte aussi l'histoire de leur amitié qui a grandi au cours du tournage, entre surprises et taquineries, en se riant des différences.

Consultez la programmation complète.

À propos de Ciné-campus

Dans un contexte de haute définition qui donne envie de vivre le cinéma à l’UdeM, Ciné-campus propose chaque année plus de 135 projections avec une programmation de quelque 40 films et ciné-causeries en présence de réalisateurs de renom venus à la rencontre d’étudiants et du grand public à l'occasion des grandes semaines thématiques institutionnelles.

La programmation de Ciné-campus est vivante. La coordonnatrice, Amélie Michaud, la nourrit des suggestions des cinéphiles de la communauté universitaire, qui peuvent être faites par courriel à amelie.michaud.1@umontreal.ca.

Ciné-campus encourage toujours la relève cinématographique en intégrant des courts métrages d’étudiants dans sa programmation. En effet, près de 10 films des étudiants du Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques sont présentés en première partie des longs métrages chaque année.

Page Facebook de Ciné-campus