Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle

En 5 secondes

Le préambule de la déclaration de Montréal a été dévoilé en clôture du Forum sur le développement socialement responsable de l’intelligence artificielle.

Le Forum sur le développement socialement responsable de l’intelligence artificielle, tenu à Montréal les 2 et 3 novembre, s’est terminé par le dévoilement du préambule de la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle, à laquelle le public est invité à contribuer par le biais d’une plateforme de coconstruction.

Regroupant quelque 400 participants autour de thèmes comme la cybersécurité, la responsabilité légale, la psychologie morale, le marché du travail, le système de santé et la ville intelligente, le Forum a également accueilli des sommités internationales, notamment le professeur de l’Université de Montréal Yoshua Bengio et le professeur de l’Université Harvard Yoshai Benkler.

«Nous souhaitons que cette déclaration soit l’étincelle à l’origine d’un dialogue élargi entre le public, les experts et les représentants des pouvoirs publics, a expliqué le recteur de l’UdeM, Guy Breton. Les avancées de l’intelligence artificielle toucheront progressivement tous les secteurs de la société et nous devons poser, dès maintenant, les balises qui encadreront son développement afin qu’il soit conforme à nos valeurs et porteur d’un véritable progrès social.»

Pour Marc-Antoine Dilhac, professeur au Département de philosophie de l’Université, «notre processus de coconstruction et la déclaration qui en découlera auront une valeur consultative et publique qui permettra d’orienter les décideurs publics. Nous avons ici tous les ingrédients d’une formidable entreprise démocratique».

Le préambule de la déclaration expose les défis inédits, du point de vue éthique, que le développement de l’intelligence artificielle présente à court et à long terme. Les principes et les recommandations, à la formulation desquels le public est invité à collaborer, sont des orientations éthiques pour le développement de l’intelligence artificielle. Pour cette première phase de la déclaration, sept valeurs ont été désignées: bien-être, autonomie, justice, vie privée, connaissance, démocratie et responsabilité.

La période de consultation et de coconstruction qui aboutira à la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle, à la fin de l’hiver 2018, est donc lancée. Plusieurs activités sont déjà prévues pour mener les débats et d’autres s’ajouteront prochainement.

  • Une série de consultations de novembre à janvier avec des comités d’experts dont la Commission de l'éthique en science et en technologie du Québec, le Barreau du Québec et la Ville de Montréal, ainsi que des groupes de citoyens.
  • Une journée de coconstruction avec des panels regroupant une soixantaine de personnes.
  • Des ateliers de discussion en philosophie dans les écoles primaires et secondaires ainsi que dans les cégeps du Québec.
  • Des rencontres citoyennes dans des cafés et différents lieux publics.

La déclaration à venir restera ouverte, révisable, amendable. Pour consulter la déclaration, y contribuer ou solliciter une rencontre: declarationmontreal-iaresponsable.com.

Le Forum était organisé par l’Université de Montréal avec l’appui des Fonds de recherche du Québec et du Palais des congrès de Montréal.

  • Marc-Antoine Dilhac a présenté le préambule de la déclaration de Montréal, fruit d'une réflexion menée par un groupe de travail dirigé par Christine Tappolet (à gauche, sur la photo).

    Crédit : James Hajjar
  • Hélène David, ministre responsable de l'Enseignement supérieur, a prononcé le mot de clôture de ces deux jours de débats.

    Crédit : James Hajjar

Relations avec les médias