L’UdeM se hisse parmi les 100 meilleurs employeurs du Canada

En 5 secondes

L’Université de Montréal se taille une place parmi les 100 meilleurs employeurs du pays grâce au milieu de travail distinctif qu’elle offre à ses 10 000 employés.

Après quatre années de rayonnement parmi les meilleurs employeurs de Montréal du classement de Mediacorp Canada, l’Université de Montréal réussit cette fois à se hisser parmi les 100 meilleurs employeurs du Canada.

«C’est une belle marque de reconnaissance, souligne d’emblée Guy Breton, recteur de l’UdeM. Si nos employés sont dans un milieu de travail stimulant, dans lequel on se soucie de leurs besoins, et qu’ils sont heureux de faire partie de la grande famille de l’Université de Montréal, nos étudiants seront mieux formés.»

Pour se tailler une place dans ce classement, l’UdeM a pu compter sur un ensemble de mesures qui font en sorte que les conditions de travail y sont favorables. Elle déploie également des efforts constants pour s’améliorer. Par exemple, elle a, au cours de la dernière année, entièrement revu son régime d’assurance collective afin de mieux répondre aux besoins du personnel. Le programme d’aide aux employés et à la famille a aussi été récemment amélioré.

«Ces éléments font certainement une différence dans l’évaluation de notre dossier de candidature. Mais le grand défi consiste à mettre en valeur l’ensemble des projets porteurs mis en place à travers le campus et plus localement dans chacune des unités. Parce que l’Université se distingue bien au-delà des critères exigés par le concours», explique Andréane Proulx, conseillère en communication, image et changement à la Direction des ressources humaines de l’UdeM.

Des projets mobilisateurs

En matière de reconnaissance, plusieurs projets ont su rallier des employés, comme les dîners collaboratifs de la Direction des bibliothèques, où les membres du personnel sont invités à discuter de leurs idées.

Le Centre hospitalier universitaire vétérinaire, affilié à la Faculté de médecine vétérinaire à Saint-Hyacinthe, a pour sa part imaginé un tableau sur lequel les employés peuvent inscrire les bons coups de leurs collègues. La Faculté de médecine a adopté un programme de reconnaissance pour ses employés. «Plusieurs initiatives sont réalisées à l’échelle des facultés et des services parce que les unités ont leurs propres réalités et mettent sur pied des activités qui leur correspondent», mentionne Andréane Proulx.

Les facultés mettent en œuvre plusieurs projets d’engagement communautaire. Ainsi, en 2015, les facultés des sciences de l’éducation et de médecine dentaire ainsi que l’École d’optométrie ont uni leurs forces pour créer L’Extension. Ce centre de soutien en pédagogie et en santé du quartier Parc-Extension, un quartier défavorisé où habitent une grande proportion de nouveaux arrivants, permet de favoriser la réussite scolaire des enfants et d’améliorer leur santé et celle de leur famille. L’École d’orthophonie et d’audiologie a quant à elle conçu un programme de stimulation langagière pour les enfants réfugiés. Ce ne sont que deux exemples de grands projets inspirants lancés par des professeurs mobilisés qui ont à cœur d’aller au-delà de leur programme d’enseignement.

Continuer à évoluer

Dans un monde en transformation, Guy Breton est convaincu que les milieux de travail doivent s’adapter afin de refléter les changements dans la société qu’entraînent entre autres les innovations technologiques ou encore une prise de conscience plus grande des problématiques de développement durable, mais aussi de diversité et d’inclusion.

«Nous sommes une grande organisation de plus de 10 000 salariés, alors il serait facile de rester figé dans le temps, précise le recteur. Nous devons travailler avec les employés qui veulent faire évoluer ce milieu de travail motivant qu’est l’UdeM. C’est grâce à la contribution de chacun d’eux que nous pouvons créer cet environnement extraordinaire.»

Martine Letarte
Collaboration spéciale