L’UdeM souligne le parcours exceptionnel d’Irwin Cotler

Guy Breton, Irwin Cotler et Jean-François Gaudreault-DesBiens, doyen de la Faculté de droit.

Guy Breton, Irwin Cotler et Jean-François Gaudreault-DesBiens, doyen de la Faculté de droit.

Crédit : SPEQ photo

En 5 secondes

L’Université de Montréal a décerné un doctorat «honoris causa» au juriste de renommée internationale Irwin Cotler.

L’Université de Montréal a souligné aujourd’hui le parcours exceptionnel d’Irwin Cotler en lui décernant un doctorat honoris causa à la collation des grades de la Faculté de droit, tenue à l’amphithéâtre Ernest-Cormier.

Promoteur infatigable de l’égalité des droits, juriste expert en droit international et en droits de la personne, ancien député et ministre de la Justice, défenseur de prisonniers politiques et de dissidents, Irwin Cotler est aussi président fondateur du Centre Raoul Wallenberg pour les droits de la personne. Professeur de droit à l’Université McGill, il a été directeur du Human Rights Program, et ses travaux sur les crimes de guerre et la propagande haineuse ont fait école. Il a en outre agi à titre de conseiller en chef à la Commission d’enquête sur les criminels de guerre, présidée par le juge Jules Deschênes. Député libéral pendant 16 ans à Ottawa, Irwin Cotler a également rempli les fonctions de ministre de la Justice et de procureur général dans le cabinet de Paul Martin.

Après avoir qualifié le nouveau docteur honoris causa de «grand Montréalais profondément engagé à l’égard des droits de la personne», le recteur Guy Breton a rappelé le travail accompli par M. Cotler dans la défense de prisonniers politiques tels Nelson Mandela ou bien encore le blogueur Raif Badawi, emprisonné depuis cinq ans en Arabie saoudite. «Vous incarnez une valeur qui est très chère à l’Université de Montréal depuis ses débuts il y a 139 ans: l’ouverture à l’autre, à toutes les communautés, sans distinction d’origine ou de religion», a-t-il conclu.

S’adressant à un auditoire de plus de 1000 personnes composé des nouveaux diplômés et de leurs proches, M. Cotler s’est dit «profondément ému par cet honneur» qu’il considère comme une «reconnaissance des causes auxquelles [il a] eu le privilège d’être associé». Il a ensuite déclaré: «Nous ne devons pas simplement rêver d’une société juste et humaine. Chacun de nous, par ses actions, doit participer à rendre notre société plus juste et plus humaine.»