Des professeurs de l’Université de Montréal s’illustrent au gala de l’Acfas

Marc Amyot, René Doyon, Michel Janosz, Ginette Michaud et Louise Potvin ont été récompensés pour leurs contributions exceptionnelles à la recherche scientifique.

Marc Amyot, René Doyon, Michel Janosz, Ginette Michaud et Louise Potvin ont été récompensés pour leurs contributions exceptionnelles à la recherche scientifique.

En 5 secondes

Plusieurs professeurs de l'Université de Montréal ont été récompensés pour leurs contributions à la recherche lors du gala de l’Acfas.

À l’occasion de son 73e gala, tenu le 8 novembre, l’Association francophone pour le savoir-Acfas a récompensé les contributions exceptionnelles à la recherche scientifique des professeurs Marc Amyot, René Doyon, Michel Janosz, Ginette Michaud et Louise Potvin.

Marc Amyot
Prix Michel-Jurdant, qui récompense des travaux en sciences de l’environnement.

Professeur au Département de sciences biologiques de l’UdeM, Marc Amyot est titulaire, depuis 2016, de la Chaire de recherche du Canada en écotoxicologie et changement mondial. Il dirige également le programme Mine de Savoir et le Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie et en environnement aquatique.

Ses travaux portent sur la photochimie des contaminants, leurs transformations microbiennes, leurs flux entre les eaux et l'atmosphère, leur transfert trophique, la restauration d'écosystèmes contaminés ainsi que le lien entre contamination environnementale et santé humaine. M. Amyot mène ses recherches au sud du Québec, au Nunavik, en Ontario, au Nunavut, au Yukon, au Burkina Faso, au Ghana et aux États-Unis. Il travaille principalement sur le mercure, l’arsenic, le sélénium, les terres rares, les déchets électroniques et les contaminants organiques pétroliers.

René Doyon 
Prix Urgel-Archambault, qui récompense des travaux en sciences physiques, mathématiques, informatique et génie.

L’astrophysicien René Doyon est professeur au Département de physique de l’UdeM et directeur de l'Observatoire du Mont-Mégantic et de l’Institut de recherche sur les exoplanètes. Ses travaux ont pour objet l’élaboration d’instruments astronomiques d’avant-garde pour divers observatoires, au sol et dans l’espace. Il participe aussi à divers programmes d’observation ciblant la recherche et la caractérisation des naines brunes, d’exoplanètes et d’étoiles jeunes de faible masse.

Avec ses collègues et grâce aux télescopes Gemini et Keck situés à Hawaii, M. Doyon a découvert en 2008 trois exoplanètes, soit des planètes qui tournent autour d’une étoile autre que le Soleil. Il est aujourd’hui très engagé dans la mise au point du futur télescope spatial James-Webb, le plus complexe et le plus puissant jamais construit, dont le lancement est prévu pour le printemps 2019.

Michel Janosz
Prix Thérèse-Gouin-Décarie, qui récompense des travaux dans le domaine des sciences sociales.

Michel Janosz est directeur de l’École de psychoéducation de l’UdeM, où il enseigne également, et il dirige le Groupe de recherche sur les environnements scolaires.

Psychoéducateur de formation, Michel Janosz s’intéresse aux causes et à la prévention de l’abandon et de la violence scolaires, ainsi qu’à l’implantation à large échelle des meilleures pratiques en éducation. Au cours des 10 dernières années, il a écrit ou coécrit une centaine de publications et rapports scientifiques et participé à plus d’une centaine de communications scientifiques et professionnelles, nationales et internationales. Depuis plus de 20 ans, il poursuit des recherches où interviennent des disciplines aussi variées que la criminologie, la psychologie et la sociologie.

Il est à l’origine du Questionnaire sur l’environnement socioéducatif et de la Trousse d’évaluation pour décrocheurs potentiels.

Ginette Michaud
Prix Adrien-Pouliot, qui récompense une coopération scientifique avec la France.

Ginette Michaud est professeure au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et spécialiste des littératures française et québécoise du 20e siècle. Elle a établi une collaboration fructueuse avec la France en affirmant son lien avec ces deux littératures.

Depuis 20 ans, son travail soutenu s’est concrétisé par de très nombreuses retombées internationales tout particulièrement quant à ses recherches portant sur les œuvres de Jacques Derrida, Hélène Cixous, Jean-Luc Nancy et Sarah Kofman. L’originalité de sa démarche intellectuelle réside dans l’interdisciplinarité qu’elle pratique en alliant la littérature, la philosophie et la psychanalyse, dans son aptitude à exprimer sa pensée avec clarté et rigueur, à se mettre à l’écoute des autres spécialistes et à ouvrir le dialogue avec eux.

Louise Potvin
Prix Pierre-Dansereau, qui récompense l’engagement social d'un chercheur.

Nouvelle directrice de l’Institut de recherche en santé publique de l’UdeM, Louise Potvin est professeure au Département de médecine sociale et préventive de l’École de santé publique. Elle est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les approches communautaires et les inégalités dans le domaine de la santé et, depuis 2004, directrice scientifique du Centre de recherche Léa-Roback sur les inégalités sociales de santé de Montréal.

Reconnue internationalement pour son expertise sur l'évaluation de programmes en santé communautaire, Louise Potvin mène des travaux qui visent à éclairer la prise de décision et les interventions en santé publique dans le but de réduire les inégalités de santé. Son action a contribué à changer les pratiques de recherche au Canada et dans le monde, notamment ses nombreuses collaborations avec l’Europe et le Brésil.

Mentionnons également que Michèle Prévost, professeure au Département des génies civil, géologique et des mines de Polytechnique Montréal, a obtenu le prix Michel-Jurdant, ex æquo avec Marc Amyot. Les travaux de Mme Prévost portent sur la recherche et le développement technologique dans les domaines du traitement et de la distribution d'eau potable. Elle est titulaire d'une chaire industrielle CRSNG en eau potable au Département des génies civil, géologique et des mines de Polytechnique Montréal et a fondé le laboratoire CREDEAU, une plateforme unique de technologie de l'eau.

La preuve par l'image

L'Acfas a également dévoilé les images gagnantes de son concours La preuve par l'image. Deux physiciennes de l’UdeM, Julie Hlavacek-Larrondo, professeure au Département de physique, et Marie-Lou Gendron-Marsolais, étudiante au doctorat en physique, ont reçu le prix du public Découverte, parrainé par Radio-Canada, pour l’image «Flamboyante galaxie», image inédite de l'amas de Persée»

  • Au centre de l’amas de Persée trône la spectaculaire galaxie NGC 1275, où se cache un trou noir supermassif responsable de puissants jets de particules (en rose). Éjectées bien au-delà de la galaxie, ces particules entretiendraient la température incroyablement élevée (60 millions de degrés Celsius) des gaz qui s’étendent entre les galaxies (en bleu).

    Crédit : Julie Hlavacek-Larrondo, Marie-Lou Gendron-Marsolais, Maxime Pivin Lapointe