Yannick Nézet-Séguin reçoit un doctorat honorifique de l’Université de Montréal

De gauche à droite: Alexandre Chabot, secrétaire général de l'UdeM; Guy Breton; Yannick Nézet-Séguin; Louise Roy; et Nathalie Fernando, vice-doyenne aux études théoriques, à la recherche, au recrutement et aux partenariats en éducation musicale à la Faculté de musique.

De gauche à droite: Alexandre Chabot, secrétaire général de l'UdeM; Guy Breton; Yannick Nézet-Séguin; Louise Roy; et Nathalie Fernando, vice-doyenne aux études théoriques, à la recherche, au recrutement et aux partenariats en éducation musicale à la Faculté de musique.

Crédit : Andrew Dobrowolskyj

En 5 secondes

L’Université de Montréal a décerné un doctorat «honoris causa» au chef principal de l’Orchestre Métropolitain le 21 novembre, à la salle Claude-Champagne.

Yannick Nézet-Séguin, directeur artistique et chef principal de l’Orchestre Métropolitain, rejoint la grande communauté de l’Université de Montréal.

L’UdeM lui a en effet décerné, le 21 novembre à la salle Claude-Champagne, un doctorat honoris causa afin de souligner sa trajectoire exceptionnelle.

Figure marquante de la scène musicale classique, Yannick Nézet-Séguin est l'un des chefs les plus demandés du monde. En plus de ses fonctions à l’Orchestre Métropolitain, il est en effet directeur musical de l’Orchestre de Philadelphie depuis 2012 et de l’Orchestre philharmonique de Rotterdam, avec lequel il passera sa 10e et dernière saison en 2017-2018. En 2020-2021, il succédera à James Levine comme directeur musical du Metropolitan Opera. Sa carrière se déroule dans les plus grandes formations symphoniques, notamment les orchestres philharmoniques de Berlin et de Vienne, l’Orchestre de la Radio bavaroise et l’Orchestre de chambre d’Europe. Chef d’opéra et chef symphonique remarquable, il est acclamé dans les salles les plus prestigieuses: Metropolitan Opera et Carnegie Hall (New York), Festival de Salzbourg, Scala (Milan), Royal Opera House (Londres), Musikverein (Vienne), Concertgebouw (Amsterdam), etc. Il enregistre des albums avec plusieurs orchestres sous l’étiquette Deutsche Grammophon et poursuit sa collaboration avec ATMA Classique et l’Orchestre Métropolitain.

Dans son allocution, le recteur Guy Breton a salué le parcours d’exception du nouveau docteur honoris causa, ainsi que sa personnalité atypique. «On a beaucoup parlé, ces derniers jours, du pouvoir du sourire en politique, un milieu qui a la réputation d’être sérieux et guindé, a-t-il déclaré. Yannick Nézet-Séguin, votre sourire et votre enthousiasme contagieux ont certainement un effet similaire sur le monde de la musique symphonique. Vous apportez cette fraîcheur dont nous avons tant besoin. Vous nous permettez de croire que la musique classique a encore un bel avenir devant elle.»

La chancelière Louise Roy a également mis en relief les qualités du maestro, plus particulièrement son leadership exemplaire. «On ne peut saluer votre carrière sans souligner la manière dont vous vous êtes élevé. Un chef d’orchestre de votre calibre doit exercer son autorité sur une centaine de musiciens de grand talent, chacun étant l’un des meilleurs dans son domaine. Ce qu’on dit unanimement dans le milieu de la musique, c’est que vous assumez votre leadership dans la complicité et dans le respect. C’est l’attribut d’un bon chef, qu’il soit d’orchestre ou d’entreprise.»

Dans son discours de remerciement, Yannick Nézet-Séguin a dit qu’il était «honoré» de recevoir un doctorat honorifique de l’Université de Montréal, «un établissement de grande renommée qui fait rayonner notre métropole à travers le monde» et auquel il est très attaché. «Plusieurs de mes collègues de l’Orchestre Métropolitain ont étudié à la Faculté de musique de l’UdeM ou y enseignent. Mes deux parents ont obtenu leur maîtrise à la Faculté des sciences de l’éducation. C’est donc encore plus significatif pour moi d’être reconnu au sein de cette université incontournable de notre vie culturelle.»

À la suite de la cérémonie, le maestro a dirigé l’Orchestre Métropolitain lors du concert Invitation au voyage, qui se jouait à guichets fermés.