Don majeur de la Fondation du prix Tang à la Faculté de droit de l’UdeM

Louise Arbour

Louise Arbour

Crédit : Osa Images

En 5 secondes

Louise Arbour, lauréate du prix Tang 2016, a choisi de verser à la Faculté de droit la bourse associée à ce prestigieux prix.

La Fondation du prix Tang a fait un don de 440 000 $ à la Faculté de droit de l’Université de Montréal. Louise Arbour, lauréate du prestigieux prix Tang l’an passé, a en effet choisi de verser la totalité de la bourse accompagnant cette récompense à la Faculté de droit. Ce geste permettra de lancer le projet de recherche État de droit Arbour-UdeM, qui s’échelonnera sur cinq ans.

Ce projet de recherche consiste en une réflexion et des échanges sur les défis contemporains que posent les conceptions et les représentations traditionnelles de l’État de droit, a expliqué le doyen de la Faculté de droit de l’UdeM, Jean-François Gaudreault-Desbiens. «C’est ainsi que des professeurs et des étudiants de tous les cycles et de différents horizons pourront réfléchir et apporter un éclairage sur des sujets d’actualité aussi diversifiés que controversés», a-t-il ajouté. Les chercheurs s’intéresseront notamment aux dynamiques juridiques, politiques, sociales, économiques et technologiques influant sur la mise en œuvre du principe de l’État de droit et proposeront de nouvelles façons de le concevoir. De la protection des migrants et des victimes des violations des droits de la personne, en passant par les frontières, l’accès à la justice ou l’amélioration des conditions de vie des femmes en prison, voilà autant de sujets que les étudiants et leurs professeurs pourront explorer grâce à l’engagement de Mme Arbour.

Le recteur de l’UdeM, Guy Breton, a rappelé que Louise Arbour est diplômée de la Faculté de droit et a tenu à la remercier pour cette nouvelle marque de confiance envers son alma mater. «Nous avons toujours été fiers qu’une des nôtres fasse trembler les dictateurs de ce monde. En associant son prix Tang à notre université, Mme Arbour nous permet de récolter une partie des honneurs associés à ce prix qu’on qualifie de Nobel de l’Asie.»

«Il est nécessaire de faire le point sur les défis auxquels est confronté l’État de droit au moment où nous assistons sur la scène internationale à un effritement de ce principe fondamental. La Faculté de droit de l’UdeM m’est apparue comme le lieu idéal pour faire avancer les connaissances dans ce domaine», a conclu Mme Arbour.

  • De gauche à droite: Karim Benyekhlef, professeur à la Faculté de droit et directeur du Laboratoire de cyberjustice; Guy Breton; Louise Arbour; Jean-François Gaudreault-DesBiens, doyen de la Faculté de droit; et Raymond Lalande, vice-recteur aux relations avec les diplômés, aux partenariats et à la philanthropie.

    Crédit : Benjamin Seropian

Relations avec les médias