4e Conférence de la montagne: «Le stress: notre meilleur ennemi?»

En 5 secondes

La 4e Conférence de la montagne réunira, le 5 décembre à 18 h, trois chercheurs de l’Université de Montréal dans un débat sur le stress.

Concept défini à l’Université de Montréal par Hans Selye, le stress toucherait quotidiennement 26 % des Québécois, soit le plus haut taux du Canada. Au travail, dans la vie intime et même dans les médias sociaux, le stress peut prendre différentes formes. Souvent présenté de manière négative, comme une maladie ou un syndrome, il se révèle toutefois complexe et sa signification sociale et culturelle est multiple. Ignorant les frontières entre les sciences, le concept de stress a permis de relier des évènements qui appartenaient auparavant à des univers théoriques distincts et a conduit à un dialogue nécessaire entre les divers champs disciplinaires. Le stress serait-il finalement notre meilleur ennemi?

Trois professeurs de l’Université de Montréal aux thématiques de recherche complémentaires: Thierry Bardini, Sonia Lupien et Lourdès Rodriguez Del Barrio, mettront en lumière les causes et les effets du stress dans nos vies à la 4e Conférence de la montagne, le mardi 5 décembre à 18 h, à l’amphithéâtre Ernest-Cormier. Les discussions seront modérées par Yanick Villedieu, journaliste scientifique et animateur de l’émission Les années lumière sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première pendant 35 ans.

À l’approche de la rencontre, nous avons posé trois questions aux conférenciers.

Pourquoi avoir accepté de participer à cette conférence de la montagne?

Thierry Bardini: C’est une occasion unique de partager avec des collègues d’autres disciplines des idées qui peuvent intéresser un grand nombre de personnes.

Sonia Lupien: Je pense qu’il est important de transférer les connaissances au public. Le stress affecte tout le monde, et les gens qui paient nos subventions avec leurs impôts doivent voir le rendement de leur investissement!

Lourdès Rodriguez Del Barrio: Ces conférences sont un moyen de faire dialoguer les disciplines afin de mieux éclairer des enjeux qui touchent l'ensemble de la société.

Si je vous dis «stress», vous me répondez?

Thierry Bardini: Une condition symptomatique de notre époque, mais pas nécessairement toujours négative.

Sonia Lupien: Stress Fan!

Lourdès Rodriguez Del Barrio: Un mot chargé de sens qui permet de mieux comprendre les interactions de chaque être humain avec la nature, avec lui-même et avec la société pour agir sur celles-ci.

Quel est le principal message que vous souhaitez faire passer le 5 décembre?

Sonia Lupien: Le stress n’est pas que négatif. Sans stress, nous serions tous morts.

Thierry Bardini: Je souhaite faire comprendre que le stress numérique, c’est compliqué, mais pas forcément la pire chose à laquelle nous ayons à faire face dans les réseaux.

Lourdès Rodriguez Del Barrio: Je veux montrer que nous ne sommes pas tous égaux devant le stress. Nous n'avons, par exemple, pas tous les mêmes possibilités pour le transformer en une force positive et empêcher qu'il nous rende malades. Mais nous avons des leviers pour transformer cette réalité.

Présentation des conférenciers

Thierry Bardini est directeur du Département de communication de l’Université de Montréal, où il enseigne aussi. Ingénieur agronome et docteur en sociologie, il explore l’histoire et la sociologie de la cyberculture.

Dès 2001, il a prolongé cette analyse par une recherche sur la biologie moléculaire, en reconstruisant son histoire récente à partir de son côté obscur, la partie «non codante» de l’ADN.

Il conduit actuellement un programme de recherche intitulé Les bricolages biologiques et les tensions du libéralisme. Dans ses travaux, il se penche sur les manipulations du vivant qui se déploie autant dans les sites de la science citoyenne que dans le cadre de pratiques artistiques (bioarts).

Sonia Lupien est fondatrice et directrice du Centre d’études sur le stress humain, qui a pour mission d’éduquer le public quant aux effets du stress sur le cerveau et le corps en utilisant des données validées scientifiquement. Professeure au Département de psychiatrie de l’UdeM, elle s’intéresse aux répercussions du stress au cours d’une vie et a mené des études chez les enfants, les jeunes adultes et les personnes âgées.

Elle est l’auteure du livre Par amour du stress, ouvrage de vulgarisation scientifique destiné à faire connaître les résultats des études scientifiques sur le stress humain au grand public.

Lourdès Rodriguez Del Barrio est professeure à l’École de travail social de l’Université de Montréal et enseigne l’épistémologie des sciences humaines appliquées. Elle est directrice scientifique de la recherche sociale au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l’Île-de-Montréal.

Ses recherches portent sur les effets des différentes formes de traitement et des conceptions en matière de santé mentale sur les trajectoires de vie des personnes, leurs récits et leurs manières d’être. Ses travaux posent aussi la question de l’accès à la protection et à l’exercice des droits, et celle de la citoyenneté des personnes marginalisées.

  • Thierry Bardini, Sonia Lupien et Lourdes Rodriguez del Barrio mettront en lumière les causes et les effets du stress dans nos vies.

Aide-mémoire

«Le stress: notre meilleur ennemi?»
Mardi 5 décembre à 18 h, à l’amphithéâtre Ernest-Cormier (pavillon Roger-Gaudry)
Entrée gratuite sur inscription
Plus d’information sur les Conférences de la montagne