Je cherche les racines de la collusion pour mieux la détecter

  • Forum
  • Le 29 novembre 2017

  • Martin LaSalle
Maxime Reeves-Latour détecte la collusion dans l’attribution de contrats publics.

Maxime Reeves-Latour détecte la collusion dans l’attribution de contrats publics.

Crédit : Amélie Philibert et Benoît Gougeon

En 5 secondes

Dans son doctorat, Maxime Reeves-Latour démontre qu’il est possible de détecter la collusion en évaluant la nature et l’historique des irrégularités survenues dans l’attribution de contrats publics.

Devant l’ampleur des stratagèmes de corruption et de collusion mis au jour à la Ville de Laval, j’ai eu l’idée de scruter l’ensemble des contrats de construction que cette municipalité a attribués par appels d’offres publics depuis sa création, en 1965, jusqu’en 2013. Dans les médias, on a surtout parlé de ce qui s’est passé à Laval pendant les années 90, mais à l’aide d’indicateurs statistiques recensés dans la littérature, j’ai découvert que la culture de la collusion et de la corruption remonte à la création de la ville. Je souhaite que mes travaux et mes futures recherches permettent aux organismes publics de mieux combattre et prévenir la corruption, et au public de mieux comprendre les difficultés qu’elle recèle en matière d’enquête et de procès. Je désire aussi que les connaissances produites par ma recherche contribuent à aider les organisations qui luttent contre la corruption et la collusion au quotidien.

Maxime Reeves-Latour

En savoir plus

Directeur de thèse

  • Carlo Morselli, de l'École de criminologie.

Communications

Dans les médias