Une étudiante obtient son diplôme après avoir décroché en troisième secondaire

  • Forum
  • Le 4 décembre 2017

  • Mathieu-Robert Sauvé
Audrey Chartier a reçu une bourse pour sa persévérance et sa réussite.

Audrey Chartier a reçu une bourse pour sa persévérance et sa réussite.

Crédit : Faculté de l’éducation permanente

En 5 secondes

Audrey Chartier a concilié travail, famille et études universitaires lorsqu’elle est retournée sur les bancs d’école. Elle a terminé l’an dernier un certificat à la FEP.

En raison de problèmes familiaux, Audrey Chartier a dû quitter l’école au milieu de ses études secondaires pour trouver du travail et subvenir à ses besoins. Il y a quelques années, elle a fait un retour aux études et obtenu un certificat en communication appliquée de la Faculté de l’éducation permanente (FEP) de l’Université de Montréal.

Et ce n’est pas fini. «Je compte bien poursuivre mes études universitaires et obtenir un baccalauréat par cumul», dit la jeune femme, qui a été adjointe au député de la circonscription fédérale de Marc-Aurèle-Fortin, Alain Giguère, de 2011 à 2015 et préposée aux bénéficiaires dans un centre hospitalier.

Aujourd’hui directrice adjointe de l’Atelier spécialisé Les Moulins, de Mascouche, elle a déjà choisi ses prochains programmes d’études, soit les certificats en droit et en gestion. «Je crois que cette formation m’aidera dans mon parcours professionnel», explique-t-elle à Forum.

Lauréate d’une bourse à la persévérance et à la réussite de 2000 $, Mme Chartier a profité du programme Accès-FEP mis en place par la FEP pour permettre aux personnes comme elle de revenir aux études. Après qu’on eut examiné son dossier, on lui a recommandé de suivre quatre cours de mise à niveau dans le cadre d’une année préparatoire avant de pouvoir s’inscrire au certificat. Ce qu’elle a fait. Elle a entamé ses études en communication appliquée en 2014 tout en travaillant à temps plein. «J’ai pris jusqu’à six cours dans un seul trimestre, ce qui était un peu fou, je l’admets. Mais ça m’a permis de terminer plus rapidement», indique-t-elle.

«Pour mes filles»

Sa plus grande motivation durant ses études: ses deux fillettes âgées de neuf et cinq ans qui, espère-t-elle, suivront ses traces. Elles ont été très présentes, d’ailleurs, durant cette période. «Je me souviens que j’ai dû me présenter avec une de mes filles dans mes bras pour remettre un travail de session, faute de gardienne disponible», raconte-t-elle. La chargée de cours s’était montrée réceptive et a accueilli l’enfant dans sa classe.

Même si elle a décroché durant l’adolescence, Audrey Chartier n’a jamais complètement abandonné l’idée de faire des études universitaires. «J’ignorais comment, mais je voulais y arriver. Pendant que je travaillais dans un centre hospitalier, j’ai décidé de prendre ma carrière en main et de réaliser mon rêve d’aller à l’université.»

Elle est reconnaissante à l’Université de Montréal de l’accueil reçu et la bourse qu’elle a obtenue est venue ajouter à sa satisfaction. «J’ai crié de joie quand j’ai appris la nouvelle!» lance-t-elle.