Science ouverte et bibliodiversité: l’Université de Montréal répond à l’Appel de Jussieu

L'Appel de Jussieu s’adresse aux communautés scientifiques et aux établissements de recherche en vue de promouvoir un accès ouvert aux publications scientifiques qui encourage la bibliodiversité et l’innovation.

L'Appel de Jussieu s’adresse aux communautés scientifiques et aux établissements de recherche en vue de promouvoir un accès ouvert aux publications scientifiques qui encourage la bibliodiversité et l’innovation.

Crédit : Site web de l'Appel de Jussieu

En 5 secondes

En signant l’Appel de Jussieu, l’UdeM confirme son soutien à la libre circulation des connaissances scientifiques.

L’Université de Montréal devient la première université canadienne à répondre à l’Appel de Jussieu pour la science ouverte et la bibliodiversité. Cet appel, lancé par un collectif français représentatif des chercheurs et des professionnels de l’édition scientifique, vise à élaborer et mettre en œuvre des modèles autres de circulation des connaissances adaptés aux objectifs de la science ouverte et à affirmer la nécessité de soutenir l’innovation pour une refonte en profondeur des fonctions éditoriales qui concourent à la diffusion des connaissances scientifiques.

Marie-Josée Hébert, vice-rectrice à la recherche, à la découverte, à la création et à l’innovation de l’UdeM, affirme que, «en signant l’Appel de Jussieu, l’Université de Montréal se joint à un mouvement international fort pour libérer les résultats de la recherche de toute barrière tarifaire à l’utilisation et pour se doter d’un cadre concret pour que cette transformation s’opère».

Depuis l’avènement du monde numérique, les grandes maisons d'édition commerciales ont accru leur emprise sur le système de la communication savante. Cette évolution est observée notamment par Vincent Larivière, professeur à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal, dans les travaux qu’il mène à la Chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante.

La bibliodiversité définie par l’Appel de Jussieu vise:

  • le soutien des divers acteurs de la publication scientifique;
  • l’élaboration de modèles innovants de publication scientifique;
  • l’expérimentation en matière de pratiques d’écriture, de procédures d’expertise, de services éditoriaux relatifs aux contenus, de services additionnels;
  • la réforme des systèmes d’évaluation de la recherche;
  • la multiplication et la coordination des investissements dans la conception d’outils qui favorisent le libre accès aux résultats de la recherche (open source);
  • la stabilité et la sécurisation du cadre juridique dans les différents pays;
  • l’accès à des infrastructures nationales et internationales qui garantissent la préservation et la circulation des connaissances contre toute privatisation des contenus;
  • la priorité donnée aux modèles économiques de publication qui ne comportent aucuns frais ni pour les auteurs qui publient ni pour les lecteurs qui veulent accéder aux textes.

Un soutien constant à la libre circulation des connaissances scientifiques

Dans son plan stratégique, l’Université de Montréal entend affirmer sa position de chef de file en favorisant et soutenant le libre accès aux connaissances produites par les membres de la communauté universitaire sous toutes ses formes.

En plus de signer l’Appel de Jussieu, et d’avoir exercé un rôle prépondérant dans la rédaction et l’adoption de la Déclaration de U15 sur l'édition pérenne, l’Université de Montréal tient à reconnaître le travail de sa communauté en ce qui concerne la science ouverte et la bibliodiversité, notamment:

  • Le consortium Érudit. L’Université de Montréal, l’Université Laval et l’Université du Québec à Montréal sont associées dans le développement de cette infrastructure scientifique majeure qui diffuse les résultats de la recherche en sciences humaines et sociales depuis 1998. Les chercheurs, les directeurs de revue, les nombreux partenaires de même que les employés d’Érudit savent l’importance de la bibliodiversité pour la diffusion des connaissances scientifiques produites ici. Innovante dès sa conception, la plateforme Érudit est un élément important et nécessaire pour la libre circulation des connaissances et le maintien au pays d’une infrastructure partenariale au service de la recherche.
  • Les Bibliothèques de l’UdeM, qui font des gestes concrets pour reprendre le contrôle de la diffusion des connaissances scientifiques et sortir de la crise de l'édition savante, par exemple en favorisant l’émergence du libre accès, comme le site Nouvelle ère pour les collections en fait état. Le directeur général des bibliothèques de l’Université, Richard Dumont, a reçu en 2016 le Prix de l’Association des bibliothèques de recherche du Canada pour sa contribution substantielle au développement des bibliothèques de recherche. Jugeant que la mainmise des éditeurs commerciaux sur le savoir constitue un frein de plus en plus grand à l’avancement des connaissances et ultimement de la société, M. Dumont milite activement afin que les universitaires reprennent le contrôle des connaissances qu’ils produisent.
  • Le professeur au Département de littératures et de langues du monde Jean-Claude Guédon, pionnier de la diffusion savante numérique et actif dans le mouvement pour le libre accès des connaissances. Il a été l’un des rédacteurs et premiers signataires de l’Initiative de Budapest (2002), qui a lancé le mouvement des archives ouvertes.

L’Appel de Jussieu

Le collectif derrière l’Appel de Jussieu prône la constitution d’un consortium international d’acteurs pour fédérer les projets. Il demande également aux organismes de recherche de consacrer dès maintenant une part de leurs budgets d’acquisition au développement d’une édition scientifique réellement ouverte et innovante.

L’Université de Montréal invite les universités et établissements de recherche québécois et canadiens à répondre à leur tour à l’Appel de Jussieu pour la science ouverte et la bibliodiversité.

Pour lire et signer l’Appel de Jussieu