Des liens renforcés entre l’Université de Montréal et la Chine



À Beijing, des diplômés chinois et québécois entourent Guy Breton et Guy Lefebvre, accompagnés de Genfa Chen, de l’Académie des sciences sociales de Chine, et de Jie Jiao, directeur du projet Chine pour l’UdeM.

À Beijing, des diplômés chinois et québécois entourent Guy Breton et Guy Lefebvre, accompagnés de Genfa Chen, de l’Académie des sciences sociales de Chine, et de Jie Jiao, directeur du projet Chine pour l’UdeM.

En 5 secondes

À l’occasion d’une mission du recteur Guy Breton en Chine, l’UdeM a affirmé son rôle de chef de file des universités francophones dans le pays.

Ouverture d’un bureau à Beijing, implantation de nouveaux réseaux de diplômés, signature d’ententes… Durant une récente mission en Chine, le recteur Guy Breton a eu l’occasion de renforcer les liens existants entre l’Université de Montréal et l’empire du Milieu. Le voyage du recteur s’inscrivait dans le cadre de la mission économique du gouvernement québécois en Chine. Le pays a d’ailleurs fait du développement de l’enseignement supérieur et de la création d’universités prestigieuses l’une de ses priorités pour les prochaines décennies.

M. Breton était accompagné du vice-recteur aux affaires internationales et à la Francophonie de l’UdeM, Guy Lefebvre. M. Lefebvre a annoncé à Beijing, le 22 janvier, en présence du premier ministre Philippe Couillard, l’ouverture d’un bureau dans cette ville, dont les activités couvriront tous les volets de la mission de l’Université, allant de l’enseignement à la formation continue et à la coopération internationale en passant par la recherche et les relations avec les diplômés.  

Au même moment, plusieurs ententes ouvrant la voie à de nouveaux échanges ont été signées avec la Zhongnan University of Economics and Law (Wuhan) au sujet d’une collaboration à un nouveau programme de doctorat en innovation, science, technologie et droit ainsi qu’avec l’Université de Beihang et la China University of Political Science and Law, de Beijing, en matière de cotutelles de thèse.

Les étudiants originaires de Chine sont très présents à l’UdeM et leur nombre va croissant. Depuis l’automne 2014, 1811 étudiants chinois se sont inscrits à des programmes en sciences et en sciences humaines, en droit et à la Faculté de médecine principalement. Sans parler des résidents permanents. L’immigration chinoise est importante à Montréal: la Chine, dont les ressortissants comptaient en 2016 pour 5,6  % des nouveaux arrivants, fait partie des cinq principaux pays de naissance des immigrants récents établis dans la métropole.

Réseaux de diplômés

La mission chinoise de MM. Breton et Lefebvre visait également à raffermir les liens avec les diplômés de l’UdeM dans le pays. Au cours d’une rencontre à laquelle a assisté M. Couillard à Shanghai le 25 janvier, le recteur leur a ainsi confié la tâche de créer des réseaux régionaux de diplômés qui seront chapeautés par une association nationale coprésidée par un diplômé chinois et un diplômé québécois. Ces réseaux, dont les sièges seront situés à Beijing, à Shanghai, dans le sud et dans le nord-ouest de la Chine, permettront de maintenir le contact avec les diplômés qui y résident, d’accroître les occasions de stage pour les étudiants et d’emploi pour les diplômés, et de nouer des relations avec divers groupes de la société.

«Tous les étudiants chinois que je rencontre me parlent de leur histoire d’amour avec Montréal, a déclaré le recteur à cette rencontre. Les amours à distance sont plus difficiles. Les réseaux de diplômés que vous êtes en train de former sont un excellent moyen d’entretenir la flamme! La présence de Chinois et d’expatriés canadiens est, selon moi, ce qui fera la force de ces réseaux: car au-delà de vos différences culturelles, vous êtes unis par votre appartenance à l’Université de Montréal.»

L’inauguration officielle du bureau de l’UdeM à Beijing a eu lieu le 28 janvier en présence d’une quarantaine de personnes, dont plus de 30 diplômés. Ces derniers se sont réjouis de la présence du recteur Breton en Chine et de l’ouverture de ce bureau. Une atmosphère de fête régnait et les diplômés étaient fiers de retrouver leurs anciens camarades de classe et de partager leurs souvenirs avec de nouveaux collègues. Un compte WeChat (réseau social chinois) a été alors ouvert et de nombreux échanges se déroulent depuis. Plus de 120 diplômés se sont joints jusqu’à présent à ce réseau. L’inauguration du bureau a été suivie d’une rencontre avec le recteur, qui a remercié les ambassadeurs qui s’engageront dans les réseaux de diplômés de Beijing et du nord-ouest de la Chine.

Au terme de cette mission, le 29 janvier, M. Breton et les membres de la délégation québécoise ont été reçus par le président de la Cour suprême de Chine, Zhou Qiang, qui représente la plus haute instance judiciaire du pays. Cette rencontre, qui constituait un honneur rendu pour la première fois à un recteur, visait entre autres à reconnaître les liens qui existent depuis deux décennies entre les deux établissements. L’Université accueille en effet, depuis 1998, des délégations de juges chinois qui viennent étudier les fondements du droit canadien ainsi que l’administration de la justice à la Faculté de droit. Les discussions se sont poursuivies pour trouver de nouvelles pistes de collaboration, notamment quant à l’utilisation de l’intelligence artificielle afin de mieux servir les justiciables.

  • Le recteur signe l’entente de création du Réseau des diplômés de Shanghai avec Lei Lu, coprésidente du Réseau, et en présence des représentants du gouvernement du Québec et du consul général du Canada à Shanghai.

  • Dîner de reconnaissance avec les diplômés de Beijing et du nord-ouest de la Chine pour souligner leur engagement dans la création des réseaux de diplômés en Chine (Beijing).

  • Le président de la Cour suprême de Chine reçoit le livre des œuvres d’art de l’UdeM des mains de Guy Breton.

Quelques chiffres sur la relation UdeM-Chine

  • Depuis l’automne 2014, 1811 étudiants chinois se sont inscrits à des programmes de l’Université, principalement à la Faculté des arts et des sciences, à la Faculté de droit et à la Faculté de médecine.
  • L’UdeM est partenaire d’une cinquantaine d’universités chinoises.
  • Depuis 2007, l’UdeM a diplômé plus de 400 étudiants chinois inscrits à son programme de maîtrise Droit des affaires dans un contexte de globalisation.
  • En octobre 2017 a été créé, à l’UdeM, le Centre d’études chinoises en collaboration avec l’Académie des sciences sociales de Chine. Ce centre est le premier du genre à être établi sur le continent américain.
  • En 2017, on a enregistré une augmentation des admissions de 31,71 % au programme de baccalauréat du Centre d’études de l’Asie de l’Est de l’UdeM.