Davide Brambilla devient titulaire d’une chaire en biothérapie à la Faculté de pharmacie

En 5 secondes

Davide Brambilla est nommé titulaire d’une chaire à la vocation renouvelée: la Chaire en biothérapie de l’Association canadienne du médicament générique et Biosimilaires Canada de l’UdeM.

L’Université de Montréal, l’Association canadienne du médicament générique (ACMG) et Biosimilaires Canada confirment la nomination de Davide Brambilla à la tête de la Chaire en biothérapie de l’Association canadienne du médicament générique et Biosimilaires Canada de l’Université de Montréal, dont la vocation a été renouvelée et adaptée à l’évolution de la recherche. L’annonce en a été faite le 6 février au pavillon Jean-Coutu.

À sa création en 1995, la Chaire s’intéressait à la pharmacocinétique des populations, soit aux effets de l’âge, du sexe, de la race et de l’environnement sur la réponse aux médicaments. Ayant désormais une vocation centrée sur l’émergence des biothérapies, elle a pour mission d’appuyer la recherche et l’enseignement. Elle poursuivra les objectifs suivants:

  • l’amélioration de la vectorisation de médicaments biologiques à l’échelle cellulaire;
  • la mise au jour et la caractérisation de nouvelles molécules biologiques permettant un ciblage à haute sélectivité et spécificité;
  • l’élaboration de nouveaux systèmes pour la vectorisation de molécules biologiques;
  • l’évaluation et la stabilisation physicochimique et biologique de médicaments biosimilaires.

Jim Keon, président de l’ACMG et de Biosimilaires Canada, souligne que «l’émergence de biothérapies et des médicaments biosimilaires moins chers renforce l’arsenal pharmaceutique et donne accès à de nouveaux traitements tout en préservant la pérennité du système de santé. Toutefois, le Canada accuse un certain retard dans le domaine et nous croyons que la recherche peut apporter des réponses qui permettront de mieux outiller les pouvoirs publics dans leur compréhension de cette réalité et dans leur prise de décisions pour élargir l’accès aux nouvelles générations de produits biosimilaires».

Davide Brambilla, professeur adjoint en nanoformulation pharmaceutique, s’est dit «fier et très honoré de cette nomination. Cette chaire représente une excellente occasion de faire avancer la recherche dans le domaine de la biothérapie et de concevoir des stratégies thérapeutiques innovantes».

Lyne Lalonde, doyenne de la Faculté de pharmacie, a ajouté que «M. Brambilla nous a impressionnés depuis son arrivée à la faculté, en juillet 2017, par son expertise et ses compétences. Il a toute l’expérience nécessaire pour diriger cette chaire».

M. Brambilla a obtenu un doctorat de l'Université Paris-Sud qui portait sur la conception de nanoparticules polymériques pour différentes applications médicales. En 2012, il a entrepris un postdoctorat au Département de chimie et de biosciences appliquées de l'École polytechnique fédérale de Zurich. Il a créé son laboratoire de recherche au carrefour de la biotechnologie, des sciences pharmaceutiques et des biomatériaux. Ses sujets de recherche comprennent la conception de microaiguilles polymériques pour la délivrance transdermique non invasive d’agents diagnostiques et thérapeutiques et la mise au point des nouvelles plateformes de nanoparticules et bioconjuguées pour la vectorisation ciblée d'agents biothérapeutiques.