Regarde la coupe Vanier et dis-toi: «Moi aussi, je suis capable!»

  • Forum
  • Le 12 février 2018

  • Mathieu-Robert Sauvé
Alex Cromer-Émond

Alex Cromer-Émond

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Le footballeur Alex Cromer-Émond a créé un fonds pour offrir des bourses à la persévérance scolaire au secondaire.

À l’issue de la saison victorieuse des Carabins en 2014, le footballeur Alex Cromer-Émond, étudiant en médecine à l’Université de Montréal, a tenu à apporter la coupe Vanier à l’école du Mistral, de Mont-Joli, où il avait fait ses études secondaires quelques années plus tôt. «Je voulais que les élèves la voient et qu’ils se disent: “Moi aussi, je suis capable!”» relate-t-il.

Le jeune homme estime avoir bénéficié d’un précieux soutien pour réussir ses études, tout en aidant son équipe à remporter les plus grands honneurs du football universitaire canadien. «C’est grâce à mes parents et à mon village que je me suis rendu jusque-là», dit-il en rendant hommage à tous ceux qui ont cru en lui, «incluant mes chums de Price», le hameau du Bas-du-Fleuve où il a grandi.

Mais il a toujours dû travailler fort pour atteindre ses buts. «Je ne suis pas un premier de classe! Mais je sais que, si je donne mon maximum, j’arrive toujours à quelque chose», mentionne-t-il au cours d’un entretien avec Forum.

Dès qu’il a obtenu du succès avec les Faucons du Cégep de Lévis-Lauzon, il est devenu un modèle pour les gens de sa ville et il a été invité à donner des conférences dans son ancienne école. Il y a pris goût. «Vous connaissez le taux de décrochage dans cette école? Près de 50 %! Si je peux aider quelques jeunes à persévérer, je vais être satisfait.»

Enfant unique d’une mère enseignante et d’un père militaire aujourd’hui à la retraite, Alex Cromer-Émond est conscient que tous n’ont pas eu les chances qui lui ont permis de trouver sa place dans la vie. C’est pourquoi il a créé une bourse pour les élèves du secondaire qui ont choisi le parcours sport-études. «Nous ne sélectionnons pas les candidats en fonction des meilleurs dossiers scolaires ou sportifs, mais dans une optique d’amélioration globale», indique-t-il.

C’est son père, Laurent Émond, qui est son «agent de relations publiques» et qui veille à ce que les entreprises régionales et donateurs contribuent à son fonds de bourses. Dès la deuxième année de la création du Fonds Alex-Cromer-Émond, en 2016, une deuxième bourse a été offerte et, cette année, on envisage d’accorder trois bourses annuellement.

Recruté par l’entraîneur-chef des Carabins Danny Maciocia à la fin de son cycle collégial, il a intégré l’équipe à titre de secondeur dès la saison 2013-2014. Sa présence n’est pas passée inaperçue, puisqu’il a obtenu le titre de recrue de l’année du Réseau du sport étudiant du Québec.

Ce fut pour lui une année de grands changements. «Pour un gars de la campagne, ce n’est pas de tout repos, la transition vers la ville. Mais l’amitié qui s’est rapidement développée avec mes coéquipiers a rendu mon intégration plus facile.»

Le rêve de jeunesse d’Alex Cromer-Émond est d’être recruté par la Ligue canadienne de football; il a d’ailleurs été invité au camp d’évaluation du printemps 2017. Mais il sait que cet objectif s’étiole à mesure que les années passent. «Je ne perds pas espoir, mais je me concentre actuellement sur la suite de mes études. J’espère terminer une spécialité en psychiatrie ou en médecine familiale.»

Une chose est certaine, il reviendra pratiquer son métier dans sa région.