La Faculté de l’éducation permanente formera des enquêteurs

  • Forum
  • Le 23 février 2018

  • Mathieu-Robert Sauvé
Les diplômés pourront mener diverses activités d’enquête dans les secteurs public et privé.

Les diplômés pourront mener diverses activités d’enquête dans les secteurs public et privé.

Crédit : Thinkstock

En 5 secondes

La FEP offrira d’ici un an un nouveau certificat en enquête et renseignement.

La Faculté de l’éducation permanente (FEP) créera un certificat en enquête et renseignement qui permettra à ses diplômés de mener diverses activités d’enquête dans les secteurs public et privé. Les membres de la Commission des études de l’Université de Montréal ont approuvé ce projet à l’unanimité à leur réunion du 20 février.

Depuis les deux dernières années, les activités d’enquête et de renseignement ont décuplé et se sont transformées, rappellent les responsables de la FEP dans leur document de présentation. Aujourd’hui, la majorité de ces activités s’effectuent à l’extérieur des services policiers, dans les organismes privés et publics, les ministères et les organisations d’autorégulation. Cette situation entraîne des problèmes tels que l’allongement des procédures, l’abus de surveillance électronique, des retards de justice et l’avortement de procès. De plus, les formations actuelles se concentrent surtout en matière criminelle. Il faut des expertises relatives au droit civil, à la justice administrative, aux entreprises, etc. Le nouveau certificat a pour objectif, notamment, de combler ces lacunes.

La création du programme s’inscrit dans un secteur où l’Université de Montréal est pionnière à plus d’un titre, puisque des professeurs de plusieurs disciplines (criminologie, droit, sécurité intérieure et cybercriminalité) ont contribué à l’enrichissement des connaissances et à l’enseignement. Le programme d’études reflète cette interdisciplinarité, car des représentants de plusieurs unités de l’UdeM et d’organismes externes ont été consultés. Il s’agit des facultés de droit et des arts et des sciences, de Polytechnique Montréal, de l’Association professionnelle des enquêteurs privés du Québec et du Regroupement de travail en matière d’enquête de l’administration publique.

On souhaite accueillir les premiers étudiants à l’automne 2018.