La campagne «Le français, c’est dans l’ADN de l’UdeM», finaliste des prix Mérites du français

Les participants du concours «Mon plus bel égoportrait pour le français» devaient faire des égoportraits sur lesquels figuraient un ou plusieurs des objets promotionnels de la campagne.

Les participants du concours «Mon plus bel égoportrait pour le français» devaient faire des égoportraits sur lesquels figuraient un ou plusieurs des objets promotionnels de la campagne.

Crédit : BVLFF

En 5 secondes

Menée par le Bureau de valorisation de la langue française et de la Francophonie, cette campagne visait notamment à réaffirmer le caractère francophone de l’UdeM.

L’Office québécois de la langue française a annoncé que l’Université de Montréal est finaliste des prix Mérites du français 2018, dans la catégorie Établissement d’enseignement, pour la campagne «Le français, c’est dans l’ADN de l’UdeM», menée l’automne dernier sur ses campus.

Ces prix récompensent chaque année des organisations dont les réalisations reflètent la vitalité et la richesse de la langue française. En plus de diffuser une langue de qualité, les organisations lauréates favorisent un environnement de travail en français, encouragent le service en français dans les commerces et contribuent à la vitalité de cette langue dans le cyberespace et dans les technologies de l’information.

Une campagne originale

Mise sur pied par le Bureau de valorisation de la langue française et de la Francophonie, «Le français, c’est dans l’ADN de l’UdeM» visait à réaffirmer le caractère francophone de l’UdeM tout en développant le sentiment d’appartenance à la communauté de langue française. Son objectif était également de faire connaître les ressources pédagogiques et les outils en matière de formation linguistique dont dispose la communauté universitaire pour étudier, enseigner et travailler en français.

«Pour la toute première fois, le lien historique fort entre l’Université de Montréal et la langue française a été utilisé pour fédérer et créer un sentiment d’appartenance unique au sein de la communauté universitaire», explique Monique Cormier, directrice du Bureau de valorisation de la langue française et de la Francophonie.

La campagne comportait deux volets. Sur le terrain, les membres de la communauté ont été joints grâce à des kiosques d’information destinés à faire découvrir les ressources pédagolinguistiques accessibles en ligne. Et plus de 3000 objets promotionnels aux couleurs de la campagne y ont été distribués. En parallèle, les réseaux sociaux ont proposé des jeux-concours, dont le concours de photo Mon plus bel égoportrait pour le français.

«J’ai été très heureuse d’apprendre que les membres du jury des Mérites du français 2018 ont éprouvé un vif intérêt pour notre campagne, au point de retenir la candidature de notre université comme finaliste, ajoute Mme Cormier. Croisons-nous les doigts, tous les espoirs sont permis pour mai prochain!»

Les noms des organisations gagnantes seront en effet connus à l’occasion du Gala des Mérites du français 2018, qui se tiendra le jeudi 17 mai à la Place-des-Arts.