L'UdeM reconnaît les territoires autochtones sur lesquels elle est érigée

«L’Université de Montréal est située là où, bien avant l’établissement des Français, différents peuples autochtones ont interagi les uns avec les autres.» - Extrait de la déclaration

«L’Université de Montréal est située là où, bien avant l’établissement des Français, différents peuples autochtones ont interagi les uns avec les autres.» - Extrait de la déclaration

En 5 secondes

Désormais, une déclaration de reconnaissance des territoires autochtones sur lesquels l’Université de Montréal est érigée pourra être lue au début des activités institutionnelles qui seront tenues.

Le Conseil de l’Université de Montréal a adopté, au cours de sa séance du 26 mars 2018, une déclaration de reconnaissance des territoires autochtones sur lesquels les différents campus de l'UdeM sont construits, déclaration qui sera lue à l’ouverture des activités institutionnelles qui seront tenues.

«La reconnaissance des territoires autochtones est une pratique de plus en plus courante et adoptée par les divers paliers gouvernementaux, certaines municipalités et de nombreuses universités canadiennes», indique le libellé de la résolution votée.

En effet, depuis la fin des années 90, bon nombre de grandes universités du pays ont rédigé un texte reconnaissant les peuples autochtones et leurs territoires traditionnels sur lesquels ces établissements sont aujourd’hui situés.

Travailler ensemble

Dans le contexte des suivis du rapport et des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, le Vice-rectorat aux affaires étudiantes et aux études a formé, à l’automne 2016, un groupe de travail composé de professeurs, d’employés et d’étudiants – dont des autochtones – de l’UdeM.

Son mandat consistait à examiner la question des étudiants autochtones à l’UdeM et à désigner des mesures et des activités de soutien et de sensibilisation. L’idée était de soumettre des recommandations afin que le nombre d’autochtones admis à l’Université de Montréal augmente et qu’ils s’y sentent mieux accueillis. Le groupe a ainsi consulté des professeurs de différentes disciplines et des membres de communautés autochtones extérieures à l’Université.

L’une des premières recommandations du groupe de travail a été de proposer une formule de reconnaissance des territoires autochtones pour l’UdeM, après une consultation à l’interne et à l’externe d’experts non autochtones et autochtones reconnus dans les domaines de l’archéologie et de l’histoire, et de personnes issues des milieux politique, culturel et de l’enseignement.

L’énoncé a été formulé par Jean Leclair et Michel Morin, de la Faculté de droit de l'UdeM, ainsi que par Marie-Pierre Bousquet, directrice des programmes en études autochtones et professeure au Département d’anthropologie de la Faculté des arts et des sciences de l'Université.

«Dans le secteur de l’enseignement, la reconnaissance des territoires autochtones est intégrée à de nombreuses activités, comme les colloques, les conférences, la rentrée et les collations des grades», évoque Mme Bousquet.

Rendre hommage au passé et au présent

Selon Mme Bousquet, cette reconnaissance des territoires est encore peu fréquente au Québec, bien qu’elle ne soit pas contraignante pour les établissements.

«Par ce geste, l’Université de Montréal rend hommage aux peuples autochtones du passé et du présent, et affirme qu’ils sont importants pour elle, dit la professeure. Elle emboîte aussi le pas à l’organisme Universités Canada, dont elle est membre et dont l’une des priorités est de favoriser l’éducation postsecondaire pour les étudiants autochtones.»

Par cette reconnaissance, l’UdeM déclare aussi qu’elle souhaite entretenir des relations fructueuses avec les autochtones dans tous les domaines de la recherche et le partage des savoirs. Cette démarche symbolique sera suivie par des mesures concrètes, qui sont en préparation.

«Il s’agit d’une avancée additionnelle qui s’inscrit dans un projet plus vaste d’autochtonisation par lequel l’Université souhaite faire participer les communautés autochtones aux décisions qui les concernent, comme ce fut le cas lors de la création du salon Uatik, le salon des étudiants autochtones, conclut Marie-Pierre Bousquet. La réaction de nos partenaires est d’ailleurs très positive!»

Déclaration de reconnaissance des territoires autochtones

L’Université de Montréal est située là où, bien avant l’établissement des Français, différents peuples autochtones ont interagi les uns avec les autres. Nous souhaitons rendre hommage à ces peuples autochtones, à leurs descendants, ainsi qu’à l’esprit de fraternité qui a présidé à la signature en 1701 de la Grande Paix de Montréal, traité de paix fondateur de rapports pacifiques durables entre la France, ses alliés autochtones et la Confédération haudenosauni (prononciation: o-di-no-sho-ni). L’esprit de fraternité à l’origine de ce traité est un modèle pour notre communauté universitaire.