Avancement des travaux du plus grand chantier universitaire du Canada

Le Complexe des sciences sera prêt à recevoir ses 200 professeurs et 2000 étudiants au printemps 2019.

Le Complexe des sciences sera prêt à recevoir ses 200 professeurs et 2000 étudiants au printemps 2019.

Crédit : Mylène Tremblay

En 5 secondes

Le futur Complexe des sciences de l’Université de Montréal est construit à plus de 50 %.

Un an et demi après la première pelletée de terre, le plus grand chantier universitaire du pays va bon train. Plus de la moitié des travaux de construction a été réalisée.

Vu du boulevard de l’Acadie ou du viaduc Rockland, le lieu ressemble à une gigantesque fourmilière. Quelque 450 ouvriers de tous les corps de métier – électriciens, plombiers, électromécaniciens, spécialistes en prévention incendie, experts en ventilation… – s’affairent à bâtir les deux pavillons qui formeront le Complexe des sciences. «On évolue dans les temps et les budgets», se réjouit Alain Boilard, directeur général du développement du campus MIL de l’Université de Montréal.

À ce stade-ci, la structure et l’enveloppe des pôles des sciences et de l’enseignement, qui accueilleront les départements de chimie, physique, géographie et sciences biologiques, sont complétées. Le Complexe comportera près de 200 laboratoires de recherche et une cinquantaine de laboratoires d’enseignement.

«Depuis de nombreuses années, nous figurons parmi les meilleures universités de recherche du monde. Avec ce nouveau complexe des sciences, nos étudiants et nos chercheurs auront la chance de travailler dans des lieux et des laboratoires du 21e siècle», indique Guy Breton, recteur de l’UdeM.

Un projet majeur certifié LEED

Plusieurs mesures ont été mises en place pour que ce projet de haute technologie de plus de 600 000 pi2 (l’équivalent de 600 condos) respecte les normes les plus élevées en matière de développement durable. «On applique des normes de construction sévères pour diminuer l’empreinte carbone et l’émission de gaz à effet de serre», dit Alain Boilard. Matériaux fabriqués localement, systèmes de récupération de chaleur, optimisation de la lumière du jour, cours intérieures plantées d’espèces indigènes du mont Royal…, tout est conçu en vue d’obtenir la certification LEED or (Leadership in Energy and Environmental Design), qui garantit le faible impact environnemental d’un bâtiment.

Les travaux de construction se termineront au printemps 2019. Le Complexe des sciences sera alors fin prêt à recevoir ses 200 professeurs et 2000 étudiants, et les activités d’enseignement et de recherche débuteront en septembre de la même année.

  • Près de 450 ouvriers de tous les corps de métier s’affairent à bâtir les deux pavillons qui formeront le Complexe des sciences.

    Crédit : Mylène Tremblay

Le Complexe des sciences de l’Université de Montréal

Superficie du Complexe: 60 000 m2
Coût des travaux: 350 M$
Capacité d’accueil: 2000 étudiants, 200 professeurs et 200 membres du personnel
Ouverture: automne 2019
Architectes: Menkès Shooner Dagenais LeTourneux | Lemay | NFOE Architectes