Mobilité étudiante: entente entre le Québec et la Communauté française de Belgique

La nouvelle entente permettra notamment aux étudiants belges francophones de premier cycle de bénéficier des droits de scolarité applicables aux étudiants canadiens non-résidents du Québec.

La nouvelle entente permettra notamment aux étudiants belges francophones de premier cycle de bénéficier des droits de scolarité applicables aux étudiants canadiens non-résidents du Québec.

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Une entente de mobilité étudiante entre le Québec et la Communauté française de Belgique a été signée le 11 avril. Une nouvelle dont se réjouit l’Université de Montréal.

C’est pour accroître la mobilité étudiante entre le Québec et la Communauté française de Belgique à l’échelon universitaire qu’une entente a été signée le 11 avril par le premier ministre Philippe Couillard et le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Delmotte. Selon M. Couillard, elle «permettra à des Québécoises et Québécois d’enrichir leurs parcours scolaire et personnel en Belgique, et à des Belges de contribuer au rayonnement de nos établissements d’enseignement».

Les étudiants québécois sont ainsi assurés que le processus de tarification des droits d’inscription qu’ils acquittent dans les établissements d’enseignement de la Communauté française de Belgique sera maintenu. De plus, ils pourront continuer d’être admissibles à une soixantaine de bourses étudiantes mensuelles.

De leur côté, les étudiants belges francophones de premier cycle pourront bénéficier des droits de scolarité applicables aux étudiants canadiens non-résidents du Québec, et les étudiants des cycles supérieurs pourront payer des droits de scolarité équivalents à ceux des étudiants québécois.

L’UdeM et la Belgique: une relation privilégiée

Cette nouvelle entente viendra assurément renforcer les liens existants entre l’Université de Montréal et les universités francophones belges.

«Les enseignants et les chercheurs de l’Université de Montréal ont noué, au fil des ans, des relations privilégiées avec leurs homologues belges. Cette entente offre une occasion extraordinaire de renforcer nos liens avec la Communauté française de Belgique et permettra aux étudiants d’enrichir considérablement leur parcours, au bénéfice également de la société», s’est réjoui le vice-recteur aux affaires internationales et à la Francophonie de l’UdeM, Guy Lefebvre.

Membre de l’entente du G3, qu’elle a renouvelée en février dernier avec l’Université libre de Bruxelles et l’Université de Genève, l’UdeM entretient des partenariats avec une vingtaine d’établissements belges. En 2016-2017, elle a accueilli 101 étudiants belges, alors que 79 étudiants de l’Université ont effectué un séjour d’études en Belgique. L’Université de Montréal a aussi signé des ententes avec l’Université libre de Bruxelles, l’Université de Liège et l’Université catholique de Louvain, qui ont jusqu’à présent permis à 31 étudiants de poursuivre leurs études doctorales en cotutelle.

Rappelons enfin que, à l’occasion de sa visite d’État au Canada à la fin de l’hiver, le roi des Belges a choisi l’UdeM pour l’organisation de tables rondes où des responsables d’établissements d’enseignement supérieur belges et canadiens ont discuté des défis de l’intégration des technologies numériques dans l’apprentissage.