Un nouveau projet pour TECHNÈS

Postproduction 3D en cours d'une caméra Éclair Caméflex issue des fonds de la Cinémathèque québécoise à l’aide du logiciel VXelements.

Postproduction 3D en cours d'une caméra Éclair Caméflex issue des fonds de la Cinémathèque québécoise à l’aide du logiciel VXelements.

Crédit : TECHNÈS CC-BY-SA

En 5 secondes

TECHNÈS, la Cinémathèque québécoise et Médiafilm viennent d'obtenir un financement pour la réalisation d'une expérience immersive 360.

TECHNÈS, le partenariat international de recherche sur les techniques et technologies du cinéma, dirigé par André Gaudreault, professeur au Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal, vient d'obtenir, avec la Cinémathèque québécoise et Médiafilm, un financement de près de 250 000 $ afin de réaliser une expérience immersive 360 pour le Musée virtuel du Canada.

Le but de cette exposition est d’explorer comment les appareils de prise de vues cinématographiques modifient notre rapport au corps (celui représenté à l’écran et celui derrière la caméra) et conditionnent la perception, la sensibilité et la vision du monde. L'exposition cible particulièrement les 12-17 ans.

Cette expérience immersive est conçue comme une déclinaison d'un projet plus large mené par TECHNÈS, qui est celui de l'Encyclopédie des techniques du cinéma, destiné principalement à un public adulte: étudiants, universitaires, collectionneurs, amateurs, techniciens, etc.

Le Musée virtuel du Canada a sélectionné ce projet de transfert des connaissances notamment en raison de l'expertise des chercheurs de TECHNÈS aussi bien dans le domaine de la portabilité (Richard Bégin, professeur en études cinématographiques) que dans celui de la préservation audiovisuelle (André Habib, professeur en études cinématographiques, et Louis Pelletier, chercheur postdoctoral). L'équipe de TECHNÈS a également participé à la réflexion sur les modes de médiation des connaissances en ligne (Emmanuel Château-Dutier, professeur en histoire de l’art, et Rémy Besson, chercheur postdoctoral).

Le savoir-faire des auxiliaires de TECHNÈS en création de représentations 3D d’appareils cinématographiques et les équipements spécialisés dont ils disposent se sont aussi avérés des éléments clés dans le choix du projet.