Louis-Karl Pedneault, le géant bleu

Louis-Karl Pedneault

Louis-Karl Pedneault

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Le jeune diplômé rêve de devenir professeur d'éducation physique et de prendre la tête d'une équipe de volleyball.

Avec une maîtrise en kinésiologie bientôt en poche et animé par la passion de la pédagogie, Louis-Karl Pedneault s’apprête à faire son entrée sur le marché du travail en quête de son poste de rêve: être enseignant en éducation physique et à la tête d’une équipe de volleyball.

«Je suis actuellement en stage dans un cégep comme professeur d’éducation physique, et mon but est d’aller enseigner dès l’automne, que soit au primaire, au secondaire ou au collégial, dit-il. Devenir entraîneur m’intéresse beaucoup, je le fais l’été au baseball avec les Ducs de Longueuil depuis trois ans.»

L’entourage de Louis-Karl Pedneault ne s’étonnera pas de le voir prendre en charge des jeunes. Celui qu’on surnomme «la perche» en raison de son imposante stature de 6 pi 9 po (2 m) était l’un des animateurs préférés des enfants dans les camps de jour sportifs du CEPSUM. Son sourire et sa bonne humeur l’ont toujours défini.

Sur le terrain cependant, le sourire fait place au regard déterminé d’un compétiteur féroce et d’un meneur pour l’équipe de volleyball masculin des Carabins. À sa dernière année avec les Bleus, Louis-Karl Pedneault fait partie du noyau de vétérans cimentant une équipe qui a terminé au premier rang de la division québécoise pour la première fois en 13 ans.

«Nous ne voyons pas le titre provincial comme une finalité, mais plus comme une étape, précise-t-il. La finale, c’est le championnat canadien, c’est notre objectif.» 

En attendant la grande danse de fin de saison, l’ancien lanceur émérite au baseball qui n’avait qu’une saison de volleyball au compteur avant de poser les pieds sur le campus de l’UdeM se prépare en compagnie de ses coéquipiers. Concentré, il refuse de penser à son dernier tour de piste, qui est sur le point de se conclure.

«Je sais que la fin est proche et je sais que ce sera un choc: les Carabins ont été toute ma vie au cours des cinq dernières années. Mais en attendant, je me concentre sur les séries et la fin de mes études. Je serai nostalgique quand ça sera le temps.»