«Si mon “alma mater” se porte bien, mon profil professionnel s’en trouve bonifié»

À Beijing, des diplômés chinois et québécois entourent Guy Breton et Guy Lefebvre, accompagnés de Genfa Chen, de l’Académie des sciences sociales de Chine, et de Jie Jiao, directeur de projet Chine à l’UdeM.

À Beijing, des diplômés chinois et québécois entourent Guy Breton et Guy Lefebvre, accompagnés de Genfa Chen, de l’Académie des sciences sociales de Chine, et de Jie Jiao, directeur de projet Chine à l’UdeM.

En 5 secondes

Trois diplômés de l’UdeM en Chine nous ont fait part de leurs motivations à s’engager dans le projet de création de réseaux de diplômés dans le pays.

Normand Gauthier

Le diplômé Normand Gauthier (relations industrielles 2015) est l’un de ceux qui a entendu l’appel du recteur à la création de réseaux de diplômés régionaux en Chine. «Le contexte actuel est très favorable à ce type de projet, puisque l’Université de Montréal entretient de plus en plus de liens avec la Chine», précise celui qui était déjà présent à Beijing en 2016, lors des premières discussions sur la formation de tels regroupements. M. Gauthier, qui travaille aujourd’hui dans un cabinet d’avocats chinois, rappelle que, outre les occasions de maillage, pareilles collaborations profitent grandement aux diplômés sur le plan professionnel. «Si mon alma mater se porte bien, mon profil professionnel s’en trouve forcément bonifié.»

Immensité du territoire oblige, le réseau des diplômés de l’UdeM en Chine est constitué de quatre entités régionales, situées à Shanghai, à Beijing, dans le sud et dans le nord-ouest du pays. Elles sont chapeautées par un réseau national coprésidé par un diplômé chinois et un diplômé québécois.

Mais par quoi commencer lorsqu’on se lance dans la réalisation d’un projet d’une telle envergure? M. Gauthier, qui copréside le réseau de Shanghai, explique que la première étape consiste à consolider les groupes non officiels de diplômés chinois. «En tant qu’expatriés, les diplômés québécois et canadiens ont tendance à se regrouper, ils sont ainsi plus faciles à joindre. Ce n’est pas le cas des diplômés chinois, qui sont plus difficiles à réunir.» Une fois le réseau structuré, il sera temps de mieux connaître les besoins et les attentes de ces diplômés. 

Expérience montréalaise

Marie Gravel

L’appel de Guy Breton a également résonné chez la diplômée Marie Gravel (anthropologie et traduction 2017). Établie en Chine depuis quelques mois, elle s’est rapidement rendu compte que, contrairement à plusieurs universités canadiennes, l’UdeM n’avait pas constitué son propre réseau de diplômés. «Puisque je possède mon diplôme depuis peu, parler de mon expérience universitaire me semble naturel. Je souhaite contribuer à faire connaître le Québec et l’Université de Montréal aux Chinois, et à mettre de l’avant notre fait français.»

Leah Li

Pour la diplômée Leah Li (LL. M. – Business Law in a Global Context, 2015), ces nouveaux réseaux font plus que favoriser les échanges en matière professionnelle. «Certes, j’y rencontre des diplômés de mon programme de droit, mais le réseau me permet aussi de faire la connaissance de gens issus d’autres horizons. Ce que nous partageons tous, peu importe le domaine d’études, c’est cette expérience montréalaise, cette insertion dans la culture québécoise.» Au cours d’une récente activité organisée par le réseau des diplômés de Beijing, Mme Li a croisé, avec étonnement, sa superviseure à l’ambassade du Canada à Beijing, où elle travaille. Les deux femmes ont alors découvert qu’elles avaient étudié à l’Université de Montréal!  

Créer un réseau de diplômés dans sa ville ou son pays

Aucun réseau de diplômés de l’UdeM n’existe dans votre ville ou dans votre pays? Sachez qu’il est possible d’en créer un sous certaines conditions. Avec l’aval de l’équipe des relations avec les diplômés, vous pourriez devenir l’ambassadeur ou l’ambassadrice bénévole de votre réseau. Pour constituer un réseau, veuillez communiquer avec Patrice Jolivet, conseiller aux relations avec les diplômés – national et international, à patrice.jolivet(at)umontreal.ca ou par téléphone au 514 343-6111, poste 55323.