Le chercheur scientifique Nabil G. Seidah est honoré en France

Le neuroendocrinologue Nabil G. Seidah

Le neuroendocrinologue Nabil G. Seidah

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Le professeur Nabil G. Seidah est récompensé par la Fondation Lefoulon-Delalande–Institut de France pour ses travaux liés au domaine des proprotéines convertases.

Nabil G. Seidah, professeur au Département de médecine de l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en protéolyse des précurseurs, devient le premier chercheur québécois et le deuxième au Canada à recevoir le prestigieux Grand Prix scientifique 2018 de la Fondation Lefoulon-Delalande, laquelle est rattachée à l'Institut de France.

Ce prix reconnaît l’excellence des travaux de recherche de M. Seidah ayant mené à la découverte et à la caractérisation de la protéine PCSK9, un régulateur majeur du métabolisme du cholestérol. De nos jours, les inhibiteurs de la PCSK9 sont utilisés comme médicaments pour stabiliser le niveau de cholestérol.

Codécouvreur en 1976 de la ß-endorphine, une hormone qui atténue la douleur et favorise le bien-être chez les mammifères, ce spécialiste en biochimie des protéines, en enzymologie ainsi qu’en biologie moléculaire et cellulaire est reconnu comme chef de file mondial pour ses travaux liés au domaine des proprotéines convertases, enzymes qui ont un rôle à jouer dans le découpage des protéines en plus petites molécules actives. Le Dr Seidah a réussi à démontrer, avec son équipe, l’importance de ces composantes dans des maladies aussi répandues que le cancer, le sida et l’hypercholestérolémie, entre autres.

Directeur du Laboratoire de biochimie neuroendocrinienne de l’Institut de recherches cliniques de Montréal, Nabil G. Seidah est l'auteur de plus de 720 publications scientifiques et il a reçu de nombreuses marques de reconnaissance. Il est notamment officier de l'Ordre national du Québec, membre de l'Ordre du Canada ainsi que de la Société royale du Canada et lauréat du prix Wilder-Penfield 2011, l’un des Prix du Québec.

À propos du Grand Prix scientifique

Créé en 2002, le Grand Prix scientifique de la Fondation Lefoulon-Delalande est décerné chaque année à un homme ou une femme ayant apporté une contribution scientifique importante en physiologie, biologie ou médecine cardiovasculaires. Cette dénomination, prise au sens le plus large, comprend la génétique, l’épidémiologie, la physiologie, la clinique, l’imagerie, la thérapeutique, la pharmacologie et le développement du système cardiovasculaire.