Deux professeurs de chimie de l’Université de Montréal se distinguent

En 5 secondes

André Charette et Kevin J. Wilkinson se sont récemment distingués par leurs travaux.

André Charette

Crédit : Amélie Philibert

André Charette, professeur et directeur du Département de chimie de l’Université de Montréal, a reçu la médaille du Chemical Institute of Canada à l’occasion du congrès de la Canadian Society for Chemistry, tenu à Edmonton en mai. Cette distinction souligne sa contribution remarquable en chimie au pays.

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la synthèse stéréosélective des molécules bioactives, André Charette est responsable du programme de formation orienté sur la nouveauté, la collaboration et l’expérience en recherche et codirecteur du Centre en chimie verte et catalyse.

Ses travaux de recherche visent à élaborer de nouvelles méthodes catalytiques pour la synthèse stéréosélective de composés organiques bioactifs, lesquelles sont plus puissantes que les méthodes actuelles et compatibles avec la chimie durable. Ses recherches contribuent à la mise au point de nouvelles molécules pour des applications en pharmaceutique, en agrochimie, en biologie ainsi qu’en science alimentaire et des matériaux.

Kevin J. Wilkinson

Crédit : Amélie Philibert

Pour sa part, Kevin J. Wilkinson, professeur au Département de chimie de l’UdeM, a reçu l'Environment Division Research and Development Dima Award, remis par la société Dima Technology, pour son apport à la recherche et au développement dans le domaine de la chimie de l’environnement au Canada.

Kevin J. Wilkinson et son groupe étudient la biophysicochimie des systèmes biologiques et environnementaux. Leurs travaux visent à mieux comprendre la biodisponibilité des contaminants environnementaux et, pour ce faire, ils conçoivent des techniques analytiques sensibles pour les systèmes hétérogènes. Le groupe est bien connu pour son travail d'élaboration de techniques analytiques avancées pour quantifier l'exposition aux contaminants et pour ses mesures de la biodisponibilité des contaminants émergents par le recours aux biomarqueurs et aux techniques moléculaires classiques.