evden eve nakliyatsehirlerarasi evden eve nakliyat

Souvenirs d'Universiades

Imprimer

Ce n’était pas les Olympiques, mais presque. La cérémonie d’ouverture des Universiades de Belgrade a donné des frissons à plusieurs athlètes.Du 1er au 12 juillet, une dizaine de représentants de l'UdeM, incluant cinq athlètes des Carabins, ont pris part aux 25es Universiades d'été, qui se tenaient à Belgrade, en Serbie. Au-delà de la compétition sportive, ces jeux  mondiaux universitaires représentent une expérience unique pour les participants.

«C'était ma première compétition internationale et c'est la plus belle expérience de ma carrière jusqu'ici, a lancé la joueuse de soccer Véronique Laverdière (éducation physique et santé). En plus du niveau de jeu qui était très relevé, c'était extraordinaire de voir le mélange des différentes cultures au village des athlètes ou à la cafétéria et d'observer par exemple comment les autres pays se préparaient pour leurs épreuves.»

La jeune femme, qui aurait aimé inscrire un but, a passé la majorité du temps sur le terrain et a créé de nombreuses occasions de marquer, permettant ainsi au Canada de se classer au septième rang, ce qui constitue pour le pays une excellente performance, la deuxième de son histoire.

Organisées tous les deux ans, les Universiades d'été sont la plus importante compétition internationale après les Jeux olympiques en ce qui a trait au nombre de participants. Celles de Belgrade ont rassemblé près de 10 000 personnes, dont environ 6000 étudiants-athlètes originaires de près de 130 pays et s'illustrant dans une quinzaine de disciplines.

Du nombre, outre Véronique Laverdière, les volleyeuses Alexandra Lojen (droit) et Marie-Pier Murray Méthot (chimie), le joueur de soccer Guillaume Couturier (administration) et les entraineurs Georges Laplante, Olivier Trudel et Robert Forges (volleyball) ainsi que Pat Raimondo (soccer) ont tous défendu les couleurs du Canada.

Le contingent de l'UdeM était complété par la pongiste Cynthia Paulin (kinésiologie) ainsi que par l'auteur de ces lignes, qui était du voyage en tant qu'attaché à l'information sportive.

«J'ai particulièrement été impressionnée par la cérémonie d'ouverture, a dit Alexandra Lojen. C'était grandiose. C'était spécial de marcher avec toute la délégation canadienne et de rencontrer les autres athlètes.» La jeune passeuse des Bleues a joué plus que ce qu'elle avait espéré et a efficacement soutenu Équipe Canada, qui a pris le 13e rang.

Des jeux bien organisés

Parcourant le monde depuis plusieurs années et ayant pris part à de nombreuses compétitions internationales, dont quatre Universiades, Georges Laplante a pu comparer le travail des Serbes avec celui d'autres nations hôtes.

«Nous avons eu droit à des jeux très bien organisés, a-t-il mentionné. Des éléments majeurs tels que le transport ou les installations sportives étaient bien gérés et cela influence beaucoup notre évaluation.

«Les Serbes sont un peuple très fier et ils souhaitaient assurément montrer à la face du monde qu'ils pouvaient présenter de belles Universiades, ce qu'ils ont réussi sur plusieurs aspects.»

Médaillé d'argent à Bangkok en 2007, Georges Laplante a bien failli mener le Canada à une autre surprise, mais les Canadiens se sont inclinés 3-2 en quart de finale face à la Russie après avoir pris les devants 2-0. Les Russes ont par la suite remporté l'or et n'ont perdu que deux sets dans le tournoi, contre le Canada.

«Le défi sportif est toujours l'élément le plus intéressant en ce qui me concerne, a souligné Georges Laplante. Se mesurer aux autres pays est une grande motivation et une très belle aventure chaque fois.»

Une adaptation rapide

Les athlètes des Carabins ont dû s'intégrer rapidement dans une nouvelle équipe dont les membres venaient de partout au pays en plus de s'habituer à interagir en anglais avec leurs entraineurs et coéquipiers.

«J'avoue que j'ai été un peu déstabilisée au début, a signalé Alexandra Lojen. L'environnement, la culture et la langue étant différents, il m'a fallu quelques jours avant de m'adapter. Nous avons eu deux mois pour nous préparer, ce qui nous a permis d'établir une belle complicité.»

«De notre côté, nous n'avons eu que cinq jours pour nous connaitre, apprendre les systèmes de jeu et nous habituer à vivre ensemble quasiment 24 heures sur 24, a indiqué Véronique Laverdière. Nous étions une vingtaine de filles à vivre la même expérience et des liens se sont créés rapidement.»

Les deux athlètes des Carabins aimeraient bien porter de nouveau les couleurs canadiennes aux Universiades de 2011, à Shenzhen, en Chine.

«En ce moment, je me concentre entièrement sur la saison universitaire, mais je vais travailler fort pour être sélectionnée en vue des prochaines Universiades», a poursuivi Véronique Laverdière.

«C'est une motivation non seulement pour la saison à venir, mais aussi pour les années qui viennent, a renchéri Alexandra Lojen. J'ai pu voir un autre calibre de jeu et c'est évident que ça me pousse à continuer l'entrainement et à vouloir participer à ces jeux une fois de plus.»

Le Canada a pris le 13e rang au classement des médailles des Universiades de Belgrade avec une récolte de deux médailles d'or, sept d'argent et six de bronze, toutes remportées dans des épreuves d'athlétisme et de natation.

Benoît Mongeon
Collaboration spéciale

 

Voir le clip

Sur le Web