Les opioïdes et le «darknet»

Crédit : iStock / Getty Images Plus

En 5 secondes

Entretien avec le criminologue David Décary-Hétu, coauteur d’une nouvelle étude internationale sur la proportion accrue d’opioïdes d’ordonnance vendus illégalement en ligne.

David Décary-Hétu

Crédit : Amélie Philibert

Selon une nouvelle étude réalisée en Australie, au Royaume-Uni et au Canada, la part de marché des opioïdes d’ordonnance vendus sur l’internet clandestin (darknet) a augmenté depuis que le gouvernement américain a renforcé la règlementation relative à la distribution légale de ces médicaments dans les pharmacies.

David Décary-Hétu, criminologue à l’Université de Montréal, est l’un des coauteurs, avec des collègues de l’Université de technologie de Swinburne, de l’Université du Kent et de l’Université de Manchester, de la recherche sur les conséquences des restrictions imposées à l’égard des produits combinés d’hydrocodone qui a été publiée dans le British Medical Journal.

Nous lui avons demandé pourquoi cette recherche avait été entreprise, ce qu’elle a permis de découvrir et ce qui va être fait par la suite.

Quel est le contexte de cette étude?

En 2014, les États-Unis ont modifié leur système de classification des médicaments en ce qui concerne la prescription d’opioïdes. Au même moment, la proportion des ventes d’opioïdes d’ordonnance sur les marchés en ligne illégaux a augmenté par rapport aux ventes d’autres médicaments ou drogues, comme le cannabis. Nous voulions savoir s’il y avait un lien.

Qu’y a-t-il de neuf dans cette étude?

Nous savions qu’il était possible d’acheter des opioïdes d’ordonnance illégalement sur Internet. Notre étude montre que, à partir du changement de règlementation en 2014, les ventes en ligne illégales ont semblé s’accroître aux États-Unis, mais pas dans les autres pays, ce qui laisse entendre que ce changement a eu une incidence directe.

Quelle a été votre contribution à cette étude?

Cela fait plusieurs années que je recueille des données sur les marchés illégaux en ligne. J’ai été responsable de la collecte de l’ensemble des données de l’étude et j’ai participé à la rédaction de l’article avec mes collègues, notamment pour l’introduction et la discussion.

Quelle est la situation des ventes d’opioïdes ici, au Canada?

Le Canada est un important fournisseur de médicaments d’ordonnance en ligne, en particulier sur les marchés illégaux. Le pays est présent sur les marchés de la vente de cannabis, d’ecstasy ainsi que d’ordonnances, et nous constatons exactement la même chose sur le darknet.

Qu’allez-vous étudier maintenant?

Nous allons nous intéresser aux différents types de produits vendus sur les cryptomarchés. L’éventail est extrêmement large, surtout pour ce qui est des ordonnances. Il sera intéressant d’observer leur évolution, tout comme les répercussions de la légalisation du cannabis au Canada.

Quand allez-vous publier ces résultats?

Au cours des prochains mois et à plusieurs reprises.

Pour en savoir plus

Lire le communiqué de l’Université de technologie de Swinburne et l’éditorial dans le British Medical Journal.

Relations avec les médias