Financement pour l’étude des nanopesticides et des nanoplastiques dans les sols agricoles

Kevin J. Wilkinson

Kevin J. Wilkinson

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada subventionne un projet de recherche mené par Kevin Wilkinson, de l’Université de Montréal.

Kevin Wilkinson, professeur au Département de chimie de l’Université de Montréal, se voit accorder une subvention de 596 400 $ pour un projet de recherche portant sur les nanoparticules et les nanoplastiques dans les sols destinés à l’agriculture. Intitulé «Engineered particles at the start of the food chain: Quantifying Their Effects on Pesticide Targeting and Contaminant Mobility in Doils», ce projet s’effectuera en collaboration avec trois chercheurs de l’Université McGill. Cette subvention est attribuée dans le cadre du programme Subventions de partenariat stratégique du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, qui est appuyé par Environnement et Changement climatique Canada, Santé Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments, le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec et Vive Crop Protection.

Des nanoparticules sont incorporées dans de plus en plus de produits  d’utilité courante. Jusqu’à présent, peu de recherches ont été menées sur la mobilité et la biodisponibilité ainsi que les effets des nanoparticules sur les contaminants et des nutriments déjà présents dans les sols. Le projet de recherche permettra d’étudier les interactions, la mobilité et le sort des nanoparticules dans le but d’apporter un éclairage sur l’évaluation des risques associés à leur utilisation. M. Wilkinson et ses collègues se pencheront plus précisément sur les nanoparticules utilisées pour le ciblage des pesticides et sur les nanoplastiques.

Kevin Wilkinson

Kevin Wilkinson est le lauréat 2018 de l’Environment Division Research and Development Dima Award, remis par la société Dima Technology, pour son apport à la recherche et au développement dans le domaine de la chimie de l’environnement au Canada. Le professeur Wilkinson et son équipe s’intéressent à l’étude mécanistique des répercussions des contaminants sur l’environnement. Le groupe de recherche est reconnu pour son travail d’élaboration de techniques analytiques avancées pour quantifier l’exposition aux contaminants et pour ses mesures de la biodisponibilité des contaminants émergents par le recours aux biomarqueurs et aux techniques moléculaires classiques.