La «classe inversée» de Marie-Hélène Benoit-Otis: de la musique aux oreilles des étudiants

  • Forum
  • Le 5 septembre 2018

  • Martin LaSalle
Marie-Hélène Benoit-Otis

Marie-Hélène Benoit-Otis

Crédit : Pierre-Étienne Bergeron

En 5 secondes

Professeure agrégée à la Faculté de musique de l'Université de Montréal, Marie-Hélène Benoit-Otis est récipiendaire des Prix d'excellence en enseignement, dans la catégorie Enseignants.

Musicologue reconnue, Marie-Hélène Benoit-Otis compte de nombreuses réalisations enviables depuis son embauche à titre de professeure adjointe à la Faculté de musique, en janvier 2013.

Les débuts de sa carrière d’enseignante ont été marqués par l’obtention de distinctions et de bourses prestigieuses, de même que par l’accompagnement d’étudiants aux cycles supérieurs qu’elle a dirigés avec le souci de les aider à formuler leurs propres thèmes de recherche, plutôt que de les mener vers des projets inspirés de ses propres travaux.

C’est que sa philosophie et sa vision de l’enseignement sont notamment orientées vers le développement de l’étudiant, dans une dynamique de communauté et non de compétition. C’est dans cet esprit qu’elle a créé et mis sur pied un «colloquium d’études supérieures en musicologie» à l’hiver 2017: il s’agit d’un espace de discussion et de soutien mutuel qui permet à tous les étudiants à la maîtrise et au doctorat en musicologie de présenter leurs travaux de recherche en cours, et surtout de profiter des commentaires du groupe pour les améliorer. Avec des textes préparés dans le cadre du Colloquium, deux étudiantes ont même remporté les premier et deuxième prix du Concours de conférences 2017 de la Société québécoise de recherche en musique!

Au premier cycle, Marie-Hélène Benoit-Otis applique la même philosophie dans les trois cours théoriques fondamentaux dont elle a la charge. La réalisation dont elle est le plus fière dans ce domaine est le cours Méthodologie en musique, un cours «traditionnellement mal-aimé» tant des professeurs que des étudiants.

En prenant de sa propre initiative la responsabilité de ce cours, Marie-Hélène Benoit-Otis avait une idée en tête: concevoir une méthode d’enseignement basée sur le principe dit de la «classe inversée». «Plutôt que de présenter la matière par le biais de cours magistraux, je livre le contenu sous forme de chapitres écrits que les étudiants doivent lire avant chaque séance, explique Mme Benoit-Otis. Au début de chaque cours, les étudiants effectuent un minitest, après quoi le reste du temps est consacré à une série d’ateliers, de discussions et d’exercices», ce qui leur permet d’intégrer par l’action les notions théoriques.

Ce qui était au départ un simple recueil de notes de cours, rédigé avec la collaboration de la chargée de cours Marie-Pier Leduc, a maintenant pris la forme d’un véritable manuel intitulé Lire, écouter, écrire: initiation à la recherche en musique à partir des méthodes des sciences humaines, et qui vient tout juste de paraître aux Presses de l’Université de Montréal.

Devenue professeure agrégée en juin dernier, Marie-Hélène Benoit-Otis adore ce qu’elle fait. «Enseigner, c’est créer des passions, les susciter, dit-elle. Lorsque des étoiles s’allument dans les yeux de mes étudiants, ça me porte pendant des jours et des semaines!»

«Marie-Hélène transmet non seulement ses connaissances, mais aussi une attitude exemplaire et profondément inspirante sur le plan humain, insiste Isabelle Panneton, qui était doyenne de la Faculté de musique jusqu’en juin dernier. Elle accompagne aussi les étudiants dans tous les aspects de leur parcours, allant des demandes de bourse jusqu’aux perspectives professionnelles.»

La «classe inversée» de Marie-Hélène Benoit-Otis: de la musique aux oreilles des étudiants
En lecture:

La «classe inversée» de Marie-Hélène Benoit-Otis: de la musique aux oreilles des étudiants