«Les grandes batailles n’appartiennent pas au siècle dernier: impliquez-vous!»

  • Forum
  • Le 6 septembre 2018

  • Martin LaSalle
Thomas Mulcair

Thomas Mulcair

Crédit : Martin LaSalle

En 5 secondes

Professeur invité au Département de science politique de l’UdeM, Thomas Mulcair a exhorté les étudiants à lutter pour la paix dans le monde, le développement durable et la démocratie.

«Le siècle dernier a connu de remarquables avancées sur le plan de la social-démocratie, mais les batailles à entreprendre aujourd’hui − comme la paix dans le monde, le développement durable, l’équité entre les générations, la discrimination raciale, ethnique ou religieuse, bref la démocratie − requièrent votre engagement: impliquez-vous!»

Telle est l’essence du message livré par Thomas Mulcair, ex-politicien et nouveau professeur invité au Département de science politique de l’Université de Montréal, le 5 septembre, à l’occasion de la traditionnelle conférence d’ouverture du département, devant quelque 500 étudiants du cours Introduction à la science politique.

M. Mulcair s’est employé à remonter le fil du temps pour exposer les jalons qui ont marqué les démocraties au cours du 20e siècle et situer les défis qui attendent la nouvelle génération de politologues.

La politique «pour changer les choses»

Près de 500 personnes ont assisté à la conférence d'ouverture du Département de science politique, prononcée par Thomas Mulcair.

Crédit : Martin LaSalle

Né à Ottawa d’une mère canadienne-française et d’un père irlando-canadien, Thomas Mulcair est le deuxième d’une famille de 10 enfants. Arrière-arrière-petit-fils d’Honoré Mercier, qui fut premier ministre du Québec de 1887 à 1891, il baigne dans la politique dès son jeune âge: «Mon père nous a inculqué que nous avions le droit de nous exprimer et de parler de politique», a-t-il dit.

Adolescent, Thomas Mulcair est influencé par un curé qui fait participer ses élèves à des activités bénévoles dans des quartiers défavorisés. Ces activités le marqueront. À 18 ans, il entreprend des études de droit à l’Université McGill: la guerre du Viêtnam bat alors son plein et la guerre froide «est devenue chaude après la guerre de Corée».

Après ses études, il exerce le droit pendant 15 ans, dont deux années au ministère de la Justice, où il prendra goût à la politique. Il est alors convaincu que c’est en devenant politicien qu’il parviendra à «changer les choses». Sa carrière politique durera 40 ans, au cours de laquelle il sera élu à sept reprises entre 1994 et 2013 − trois fois comme député provincial et quatre fois dans la circonscription fédérale d’Outremont.

À titre de professeur invité, M. Mulcair partagera son expérience du terrain et ses analyses avec les étudiants, lui dont le parcours «a été marqué par son engagement et ses convictions», a souligné le doyen de la Faculté des arts et des sciences, Frédéric Bouchard.

«Soyez des champions de la démocratie»

C’est d’ailleurs ce sens de l’engagement et cette force de conviction que Thomas Mulcair a voulu transmettre aux étudiants venus l’entendre.

«Quand j’ai commencé mes études de droit en 1973, le mouvement pacifiste militait contre la guerre du Viêtnam, a-t-il relaté. Puis, à la fin des années 80, il y a eu la chute du mur de Berlin, l’éclatement de l’URSS et le massacre de la place Tianan men: ces évènements ont en commun d’avoir été menés par des gens en quête de démocratie et de justice sociale.»

«Qu’en est-il aujourd’hui? La Russie est toujours dirigée par un dictateur, les Philippines autrefois démocratiques le sont par un président tout aussi autoritaire, la Pologne et la Hongrie font face à une montée de l’extrême droite, a illustré M. Mulcair. Et, aux États-Unis, Donald Trump fait arrêter des milliers de familles immigrantes et sépare les enfants de leurs parents…»

Parallèlement, «les gaz à effet de serre menacent incontestablement la vie des générations futures», a poursuivi celui pour qui l’environnement a été une préoccupation tout au long de son parcours politique.

Selon lui, les grandes batailles n’appartiennent pas au siècle dernier, qui a été marqué par des avancées sociales-démocrates: «De nos jours, les luttes à mener sont tout aussi importantes, qu’on pense aux discriminations raciale, ethnique et religieuse, à l’équité entre les générations, au réchauffement climatique, à la paix dans le monde et à nos démocraties qui, loin d’être la règle dans le monde, sont des exceptions.»

«Vous avez un rôle crucial à jouer pour l’avenir de notre monde et ne sous-estimez pas ce que vous pouvez faire ici: la démocratie a besoin de champions afin que la lumière triomphe sur l’obscurité», a conclu Thomas Mulcair sur un ton philosophique.

«La politique en questions»: un livre pour le 60e anniversaire du département

À l’occasion du 60e anniversaire de leur département, les professeurs de science politique de l’UdeM signent un ouvrage collectif destiné à intéresser le grand public à leur discipline à travers 25 questions qu’ils décortiquent et auxquelles ils répondent dans un style limpide et enlevé! 

Destinée tant aux connaisseurs qu’aux néophytes de la science politique, La politique en questions vise à «réfléchir aux enjeux de notre société et se positionner en tant que citoyen actif» à partir de questions telles que:

• Veut-on vraiment un État religieusement neutre?

• Peut-on décoloniser le Canada?

• Pourquoi la corruption existe-t-elle?

• Pourquoi Trump?

• Les médias sociaux transforment-ils le monde politique?

• Où va le monde?

Des questions plus que jamais d’actualité en ce début de 21e siècle secoué par des bouleversements technologiques, écologiques et identitaires sans précédent.

Publié par les Presses de l’Université de Montréal, le livre sera en librairie à compter du 11 septembre.