Création d’une nouvelle chaire de recherche industrielle à l’UdeM

Au premier rang, de gauche à droite: Luc Feldmann, Françoise Perron-Sierra (Servier France), Pamela Moss (Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada), Stephen Hanessian, Françoise Gellibert (Servier France), Marie-Josée Hébert et Frédéric Fasano, directeur général de Servier Canada.

Au deuxième rang, de gauche à droite: Laurent Tillement (Servier Canada), Philippe Gloanec (Servier France), Frédéric Bouchard, doyen de la Faculté des arts et des sciences, et Sébastien Sauvé, vice-doyen à la recherche et à la création de la faculté.

Au premier rang, de gauche à droite: Luc Feldmann, Françoise Perron-Sierra (Servier France), Pamela Moss (Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada), Stephen Hanessian, Françoise Gellibert (Servier France), Marie-Josée Hébert et Frédéric Fasano, directeur général de Servier Canada. Au deuxième rang, de gauche à droite: Laurent Tillement (Servier Canada), Philippe Gloanec (Servier France), Frédéric Bouchard, doyen de la Faculté des arts et des sciences, et Sébastien Sauvé, vice-doyen à la recherche et à la création de la faculté.

En 5 secondes

Une nouvelle chaire de recherche industrielle en chimie synthétique organique et en biologie chimique voit le jour à l’Université de Montréal.

La Chaire de recherche industrielle en chimie synthétique organique et en biologie chimique, dont le titulaire est le professeur Stephen Hanessian, du Département de chimie de l’Université de Montréal, est créée avec l’appui de l’entreprise Servier et du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada. Les projets qu’on y entreprendra permettront d’explorer des avenues pour concevoir des agents thérapeutiques en vue de traiter les cancers ainsi que les maladies neurologiques et cardiovasculaires.

«L’innovation est la meilleure solution pour offrir aux patients de réelles percées thérapeutiques; elle se construit sur l’excellence des équipes, les moyens techniques les plus modernes, mais aussi la formation et l’imagination de la génération de demain. Tout cela est réuni ici avec l’équipe du professeur Hanessian», a dit le Dr Luc Feldmann, directeur du Centre international de recherche thérapeutique de Servier Canada.

Le financement total de la Chaire s’élève à près de 3,5 M$, l’entreprise Servier s’étant notamment engagée à y investir 400 000 $ par année pendant cinq ans. La création de cette chaire a également permis de recruter un nouveau professeur agrégé dans le domaine de la chimie biologique.

«Si nous avons le titulaire parfait pour cette chaire de recherche industrielle avec M. Hanessian, nous pouvons en dire autant du partenaire, Servier. L’Université de Montréal entretient en effet une longue relation d’amitié avec Servier, a rappelé Marie-Josée Hébert, vice-rectrice à la recherche, à la découverte, à la création et à l’innovation. C’est une relation qui a débuté en 1954, lorsque la fondatrice de Servier Canada, Madeleine Tremblay-Servier, a obtenu, ici même, son diplôme en pharmacie.»

À propos de Stephen Hanessian

Stephen Hanessian est un chef de file mondial en chimie organique, en chimie médicinale et en chimie bio-organique. Il s'est joint au corps professoral du Département de chimie de l'UdeM en 1969 et a formé depuis plus de 300 étudiants et chercheurs postdoctoraux.

Également titulaire de la Chaire de recherche Ionis Pharmaceuticals, Stephen Hanessian a produit des travaux de recherche qui ont mené à la mise au point de nouveaux médicaments, tels que des antibiotiques et des substances antiviraux et antileucémiques.